Archives

Rédaction pour cette page

Rodolphe Aeschlimann, chemin de la Bovery 25, 1614 Granges/Veveyse, raeschli[at]worldcom.ch

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Sortie d’été à Morges
Filets de perches
Restaurant «Le Casino»

    
Mardi 15 août 2017

Chères amies, chers amis,
Notre traditionnelle sortie d'été aura lieu, par n'importe quel temps, le mardi 16 août 2016 au restaurant "Le Casino", Morges (en face du débarcadère CGN)

Déplacement par bateau:
Aller:  

Départ Ouchy    10 h 50  Bateau Italie
Arrivée Morges     11 h 24
Retour:  

Départ Morges    16 h 52  Bateau Coppet
Arrivée Ouchy    17 h 10    Chacun prend son billet        

Vous pouvez également vous déplacer avec les CFF, en voiture privée ou à pied                
Programme
11h45    Apéritif offert par la caisse d’entraide CMID sur le quai
12h30    Repas à la terrasse du restaurant «Le Casino»:
-    Salade mêlée
-    Filets de perches, pommes frites
-    Dessert
-    Café
Les boissons pendant le repas sont à la charge des participants.

Prix du repas :    

Fr. 40.00  pour les membres

Fr. 50.00  pour les accompagnants
Le montant de votre participation sera encaissé sur place.
Merci de préparer le montant exact.
Inscriptions :                    

Jusqu'au vendredi 4 août 2017

auprès du trésorier Michel Pitton au moyen du coupon

ci-dessous ou par courriel : michel.pitton@formatyp.ch

La sortie «hors des murs» aura lieu comme prévu le mardi 25 juillet 2017 au
Lac de Sauvabelin. Il n’y a pas besoin de s’inscrire

Inscription pour la sortie «Filets de perches», à Morges le mardi 15 août 2017
 (A  renvoyer jusqu’au vendredi 5 août à Michel Pitton, Pierrefleur 66, 1004 Lausanne ou par courriel à : michel.pitton@formatyp.ch

Nom et prénom :     

Je participerai     seul     accompagné de :          

Je me déplace     en bateau      moyen de transport individuel (bus, voiture à pied)


Lieu et date :               Signature :

AVIS AUX SEIGNEURS DE BERNE, ON VOUS DECLARE LA GUERRE!

En voulant casser une «malédiction» qui dure depuis vingt ans, l'AVS sans augmentation, ils ont échangé une année de travail de plus pour les femmes, contre une compensation de ce que l'on va perdre avec la baisse du taux de conversion. C'est un marché de dupes, on paie avec notre sueur les bénéfices honteux de la finance et des assureurs, la compromission de ceux et celles qui son censé défendre nos intérêts leur donnent leur bénédiction. Qualifiant leur trahison de grande victoire pour le prolétariat. On dit que la gauche va se déchirer, pourquoi c'est pas déjà fait? Ces dernières décennies, la gauche, ceux qui s'appellent la «gauche», USS en tête ont toujours produits des accords qui ont baisse notre niveau de vie. Cette politique des petits pas, on le voit est néfaste pour le monde du travail. Les assemblés de délégué(e)s de L'USS ne servent à rien, si ce n'est a produire une mascarade de résolutions (pour faire peur aux bourgeois) qu'on s'empresse d'échanger, contre de soi-disantes compensations. De nouveau on a lâché la proie pour l'ombre, la facture, le fardeau a porter sera demandé de nouveau aux plus précarisés et faibles, les femmes. Non camarades, c'est pas comme ça qu'on défend les intérêts de la classe ouvrière, oui, celle qui est salariée, celle qui est toujours pressée comme un citron. Basta Ya! En avant, on va gagner le référendum!

José Gonzalez, membre retraité du Comité genevois de syndicom.

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Ce mardi 30 mai nous avons fêté nos nonagénaires et octogénaires.

de gauche à droite Odette Honsberger, Bernard Nock, Elda Vittoz et Paulette Chatelan.

 

Les nonagénaires: Odette Honsberger, Paulette Chatelan et Michel May (absent)

Les octogénaires: Elda Vittoz et Bernard Nock.

 

Notre Doyenne: Odette Honsberger

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Sortie annuelle
Lac de Saint-Point / Morez

Mardi 16 mai 2017

07h15    Départ du car Jeanlouis Voyage du parking du Vélodrome à Lausanneen direction de Vallorbe
Après une halte Café-croissant, la poursuite du voyage continue par Jougne et L’Abergement Sainte-Marie.

 

Visite sécurisée du Rucher des Deux-Lacs (organisation d’une ruche, fabrication du miel et dégustation).

A 12h00  arrivée à Malbuisson, repas à l’Hôtel Le Lac.

Après le repas nous nous sommes déplacé à Morez (visite du Musée des lunettes).

Photographies: Jean-René Marbot

Amicale des anciens de l’imprimerie Est vaudois/Valais romand (en cours de création !)

Cher ami,

Je me réfère à ma lettre du 21 février dernier proposant la dissolution de notre groupement de retraités syndicom, et te demandant de prendre position en me retournant le coupon de bas de page.

Au vu des réponses reçues, la liste des «survivants» est donc maintenant la suivante :
Aeschlimann Rodolphe, Bosshart Joseph, Buache André, Chevallier Michel, Cretton Jean-Marc, Décosterd Eric, Défago Léon, Ischer Denis,  Lafer Anton, Pistoletti Bernard, Pitton Michel, Reymond Claude, Schneider Jean-François, Schuler Roger, Talon Michel.

Il est vraiment regrettable que les manœuvres ni amicales ni collégiales de MM. Bodrito et Mabillard, respectivement président et caissier de la section de Sion, nous amènent à dissoudre notre groupement, et que Leurs Excellences syndicales de Berne se soient complétement désintéressées de l’affaire. Je dirais même que ces dernières semblent soulagées de cette issue qui leur épargne de devoir intervenir et prendre des décisions qu’elles jugent certainement au-dessus de leurs forces.
Ainsi, au vu de ces circonstances, nous voterons officiellement la dissolution lors d’une assemblée agendée au
jeudi 8 juin 2017, au Café de l’Etoile à Villeneuve.

Rendez-vous à la gare de Villeneuve à 10h45, où des places de parc sont en principe disponibles.

Notre caissier Michel Talon nous a organisé une visite, avec dégustation, de la cave de  l’Association viticole de Villeneuve. Le coût pour la dégustation est de Fr. 10,- mais il va sans dire que si quelques cartons sont achetés par les participants, cette modique somme ne sera pas encaissée.
Nous nous rendrons ensuite au Café de l’Etoile pour la chinoise traditionnelle. N’étant plus subventionnés par le syndicat, nous payerons «plein pot». Mais ceux qui auront démissionné de syndicom s’y retrouveront, l’économie des cotisations représentant Fr. 180,- par an.

Et nous profiterons de notre assemblée pour créer notre Amicale des anciens de l’imprimerie. Sans statuts ni cotisations, ni obligation d’une affiliation syndicale.

Je te demande de bien vouloir t’inscrire jusqu’au 3 juin 2017.
Par courriel : caval.ch@bluewin.ch      Par poste : Michel Chevallier, av. Nestlé 36, 1800 Vevey.

Merci d’avance et à bientôt.

Michel Chevallier
__________________________________________________________________________________

BULLETIN D’INSCRIPTION

Je participerai à notre assemblée du 8 juin 2017.


Nom______________________________________ Prénom_________________________________

Fermetures d’offices victoire d’étape

Suite à trois rassemblements organisés par syndicom entre février et avril, sur Genève, ainsi qu’aux pressions de la population, La Poste fait marche arrière pour la première fois. Elle a annoncé, dans un communiqué de presse paru le 7 avril, qu’elle renonce à fermer les 600 cases postales de Rive (GE) !Fin mars, le Géant jaune avait pourtant annoncé qu’il fermerait les cases de Rive, détruirait et reconstruirait son bâtiment situé rue du Vieux-Collège. La mobilisation a donc payé! Cette première victoire est un grand pas en avant dans le combat mené par syndicom pour le maintien des offices de poste et de leur prestation!
Après la manifestation du 23 février, devant l’office de poste menacé de la Servette, syndicom a organisé deux mobilisations au Petit-Lancy et à Rive.

 



Tester la Poste du Futur
Le 14 mars, les usagères et usagers de l’office de poste du Petit-Lancy 1 à Genève ont pu tester en primeur l’office de poste du futur (photo). En effet, syndicom avait prévu une action originale. Les habitant·e·s du quartier étaient priés de venir en nombre dans l’office de poste pour y faire ce qu’ils y font d’habitude : poster des lettres, retirer de l’argent, faire leurs paiements, acheter des timbres, etc. L’idée était de reproduire in vivo ce que seront les offices de postes genevois et suisses en 2020.
Les usagères et usagers de La Poste ont ainsi pu vivre quelques minutes ce qui pourrait être leur quotidien d’ici un à trois ans : des files qui s’allongent et une très longue attente derrière le guichet avant de pouvoir être servi. Si La Poste réalise son plan de suppression de 500 à 600 offices de poste dans toute la Suisse d’ici à 2020, une matinée comme celle-là pourrait bien devenir la règle pour tous les jours.
A Genève 39 offices sont menacés selon syndicom, qui invite la population et les autorités à réagir pour garder un réseau d’offices de poste et un service public de proximité performants et accueillants.
Le 4 avril, syndicom a organisé une troisième mobilisation devant la poste de Rive, rue du Vieux-Collège. Cette action a reçu un très bon accueil de la population, qui a montré son attachement à sa poste. Un certain nombre de femmes et d’homme politiques de gauche et des syndicats ont pris la parole.

Dans le Jura et Fribourg également
Le 8 mars syndicom était mobilisé devant le Parlement jurassien. La quarantaine de militants ayant répondu à l’appel du syndicat ont accueilli les parlementaires en leur faisant part de leurs inquiétudes.
syndicom demandait aussi que le Gouvernement soutienne la proposition développée par le Parti socialiste jurassien d’un moratoire concernant les futures fermetures d’offices postaux. Selon syndicom, 27 offices jurassiens sur les 31 existants sont potentiellement menacés.
Dans sa réponse, le Gouvernement se positionne formellement contre les fermetures irraisonnables des offices de poste et toutes autres formes de démantèlement du service public, en particulier du réseau postal. De plus, il désapprouve la vision de La Poste, reconnaît l’ampleur des restructurations annoncées, demande au Géant jaune de surseoir au démantèlement du réseau postal et souhaite à l’avenir connaître en amont les intentions stratégiques de la régie fédérale.
syndicom se réjouit de ce résultat mais reste attentif à la suite.
A Fribourg, le 23 mars et par 60 voix contre 35, le Parlement a adopté une résolution des socialistes B. Piller et S. Bischof qui demande au Conseil fédéral d’intervenir pour que La Poste respecte la loi en garantissant un service universel de qualité sur le long terme et que la législation soit respectée. (syndicom)

Assemblée générale du groupement et amicale des retraité-e-s de la Poste et Télécom Genève du 8 mars 2017

Le président Michel Meylan a le plaisir de saluer une nombreuse assemblée et adresse la bienvenue aux invités Bernard Failletaz et Alain Michaud, Vaud Poste, Gabriel Cuany et Adrien Mercier, de l’Arc jurassien, André Burki et Pierre Savary, du groupement des retraités de Fribourg, Eric Schwapp, SR et Michel Guillot, président de la section syndicom Genève.
Avec une pointe d’humour dont il a le secret, Michel n’a pu s’empêcher de parodier la mésaventure arrivée à notre conseillère nationale Céline Amaudruz.
Dans son rapport, le président constate que le refus de la caisse unique et d’AVS+ ne font que démanteler nos acquis sociaux et ce n’est pas la réforme prévoyance 2020 qui rendra leur dignité aux 530 000 personnes de ce pays qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. Les citoyens se sont fait berner par les lobbys des pouvoirs économiques et financiers qui dictent leurs lois aux parlementaires élus par le peuple et censés défendre les intérêts de la population.
1200 emplois sont menacés par la fermeture de plusieurs centaines d’offices de poste. Le syndicat avec l’appui des partis de gauche doit combattre ce démantèlement du réseau postal.
Michel remercie tous les membres du comité pour leurs précieuses collaborations ainsi que tous collègues qui assistent régulièrement à nos diverses activités. José-Ramon Gonzalez est candidat [et élu depuis, ndlr] pour remplacer Michel Meylan au comité national du GI des retraités. Une minute de silence est observée en mémoire des seize collègues décédés en 2016.
Jean-Jacques Lude, trésorier, a le plaisir de présenter des comptes équilibrés et il souligne le beau geste d’Amélia Christinat qui, quelque temps avant son décès, a fait un don de 500 fr. au groupement.
Le comité 2017 est élu à l’unanimité : Michel Meylan président, Lucien Loutenbach vice-président, Jean-Jacques Lude trésorier, Michel Verdon secrétaire, José-Ramon Gonzalez membre du GI national, Armin Knopf membre, Tina Tirily voyage, Rose-Marie Pulfer, aidée par Michel Gabriel et Andrée Caruso, visites des malades.
Pour contrer la politique de la Poste qui veut supprimer 600 à 800 offices de poste, Eric Schwapp secrétaire régional envisage d’organiser des pauses de protestation ou des blocages d’offices, comme le syndicat l’a déjà fait au début des années 2000. Sur les 58 bureaux de la région Genève-Nyon, près de 30 sont menacés de fermeture, ce qui se soldera par environ 200 licenciements sur Genève.
Les négociations salariales 2017 ont été suspendues, syndicom ayant refusé les peanuts offerts par la Poste.
La productivité à outrance est couramment utilisée pour faire pression sur le personnel de PostMail et certains responsables ne respectent pas la CCT.
Les différents invités apportent les salu-tations de leurs groupements respectifs. Bernard Failletaz dénonce la frilosité de syndicom, Alain Michaud désapprouve la soumission de nos parlementaires aux lobbys de la finance. Est-ce que la commission chargée de la nomination du nouveau président de syndicom a suffisamment prospecté pour proposer le meilleur candidat ? s’interroge Gabriel Cuany. Des licenciements ont déjà été annoncés à Fribourg, le groupement d’André Burgy a publié une lettre de lecteurs dans La Liberté. Pierre Savary souhaiterait que les diverses associations de retraités unissent leurs efforts pour améliorer les conditions des retraités de ce pays.
A 12 h, le président clôt cette vivante assemblée en invitant la nonantaine de participants à l’apéritif offert par le groupement.
L’excellent repas concocté par la brigade de Monsieur Hutin a permis de poursuivre la journée dans la convivialité et la bonne humeur.

Michel Verdon

La «tragédie» du temps

Aujourd’hui, je veux vous raconter ce qui m’inquiète et me fait peur. Le monde est complétement fou, plein de malheurs et perd la boule. Notre vie passe trop vite. Les années semblent raccourcies. Je vous le dis, il y a des raisons de se faire du souci !Nos années ne comptent plus que 6 mois à 3 semaines et ces semaines ne durent qu’une vingtaine d’heures ; nous n’avons plus le temps de battre notre beurre. Sauf dans la salle d’attente d’un docteur. Les heures ne comptent que 50 minutes, carrément; c’est inquiétant. Pourquoi tout va si rapidement ? Les minutes aussi n’affichent que 50 secondes: nous n’arrivons plus à tourner nos rondes. Que reste-t-il pour vivre ?
C’est de la folie. Même les secondes ne sont pas ce qui est le plus court dans la vie. Dans les compétitions sportives, il y a encore des centièmes. Laissons aux sportifs se partager la «crème» et ces centièmes…Et maintenant? Qu’allons-nous faire s’il nous manque tout ce temps? Essayons peut-être de demander un petit supplément. Tout cela paraît incroyable et semble un peu fort, mais je pense néanmoins que je n’ai pas tout à fait tort.
On est cadencés et minutés à un rythme infernal, mais il y en a encore qui trouvent que c’est normal. Trop de choses sont complètement insensées. Prenons vite le temps de boire un coup en laissant vagabonder nos pensées.
Le monde et l’humanité sont gravement atteints! Il n’y rien de nouveau sous le soleil, on le sait depuis longtemps. Et voilà, je n’ai plus grand-chose à dire. J’espère que ma prose et mon histoire prêtent plutôt à rire.

Gérard Frey, Morrens

PS. Ces propos dont quelques-uns ont une connotation syndicale, je les adresse (sans rire) à mes collègues actifs, eux qui sont scannés dans certaines fonctions et qui ne disposent même plus du temps nécessaire pour les remplir. Ils subissent de plus en plus de pressions diverses, voire psychologiques qui, un jour pas si lointain, pourraient générer de graves troubles sociaux.

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Sortie annuelle
Lac de Saint-Point / Morez

Mardi 16 mai 2017
Chères et chers collègues,
Votre comité a le plaisir de vous inviter à participer à la sortie annuelle de notre amicale le mardi 16 mai 2017 selon le programme suivant :
07h00    Rendez-vous au parking du Vélodrome à Lausanne
07h15    Départ du car Jeanlouis Voyage en direction de Vallorbe
08h30    Café-croissant
09h45    Poursuite du voyage par Jougne et L’Abergement Sainte-Marie

10h15    Visite sécurisée du Rucher des Deux-Lacs (organisation d’une ruche,
                fabrication du miel et dégustation)
12h00    Arrivée à Malbuisson, repas à l’Hôtel Le Lac :

Menu :  

Terrine de truite aux amandes
        *
Echine de porc au Savagnin
Pommes dauphines
Salade
        *
Ile flottante au caramel
        *
Café
compris une bouteille de vin « Réserve » pour 4 personnes - eau en  carafe
15h00    Déplacement à Morez (visite du Musée des lunettes)
17h00     Reprise du car pour retour à Lausanne
18h30    Fin de la journée
Prix de la sortie :    Fr. 45.- (y compris une subvention de la CMID)
Merci de préparer le montant exact
Inscriptions :                    

Jusqu'au mardi 2 mai 2017 auprès de notre trésorier Michel Pitton au moyen du coupon

 

ci-dessous ou par courriel : michel.pitton@formatyp.ch
Inscription pour la sortie annuelle de l’Amicale des Anciens
le mardi 16 mai 2017
 (A  renvoyer jusqu’au mardi 2 mai 2017 à Michel Pitton, Pierrefleur 66, 1004 Lausanne ou par courriel à : michel.pitton@formatyp.ch

Je participerai à la sortie du 16 mai 2017    
Nom et prénom :          

Accompagnant :     

Lieu et date :               Signature :

retraités de Syndicom arc-Jurassien Conférence d’un sportif, homme au grand cœur, passionné et passionnant

Le mercredi 18 février dernier à Malvilliers c’est à une soixantaine de retraités de Syndicom arc-Jurassien, que Jean-Philippe Patthey de la Brévine fait partager et revivre au travers d’une conférence le souvenir de son exploit, en 2008, de la Transamerica à vélo couché et de son tour de France du cœur en 2016.

Jean-Philippe Patthey est un baroudeur au parcours atypique. Après une longue carrière professionnelle dans la boulangerie familiale à La Brévine et la fabrication de pâtés en croûte, ce passionné de sport met en place une structure qui lui permet de pratiquer le football, le hockey, le tennis, le parapente, le ski de fond, le vélo ou encore la plongée.
A 45 ans, il débute une carrière dans le rallye qui le mène à piloter des voitures jusqu'au rallye d'Australie dans le cadre d'une manche de championnat du monde. Jean-Philippe Patthey
participe en outre au Paris-Dakar à pied en 1986. Il se rend en Antarctique en 1992 et effectue 4 ans plus tard une expédition de 2 mois en Géorgie du Sud, en compagnie de l'alpiniste valaisan Jean
Troillet.
De l'Arctique à l'Australie
En 2001, le Neuchâtelois vend son entreprise pour se consacrer à sa passion: les voyages et l'aventure. Il traverse le Pakistan à VTT pour se rendre en Chine où il rejoint une cordée de montagnards qui va conquérir le Mustag-Ata, un sommet qui culmine à 7600 mètres. Il rencontre aussi l'aventurier de Château-d'Oex Mike Horn, qu'il accompagnera durant 3 ans dans ses expéditions dans le Grand Nord. Enfin, en 2003, Jean-Philippe Patthey réalise une grande première : la traversée de l'Australie en char à voile, de la côte est à la côte ouest, en longeant la piste des plus grands déserts. C'est d'ailleurs durant ce périple de 4800 km qu'il acquiert l'expérience du pédalage en position couchée, une technique qui lui permettra de réaliser l’exploit de la "Transamerica".


De l’Amérique du nord à l’Amérique du sud
Ainsi, lorsque le 23 août 2008, Jean-Philippe Patthey part de Prudho Bay en Alaska au bord de l’océan arctique pour un périple de 24.698 km à travers tout le continent américain, de l’extrême nord à l’extrême sud, c’est déjà avec une solide expérience des chemins de traverses, hors des sentiers battus...
Son but, à travers la Tissot Transamerica, était double : tout d’abord, il voulait montrer sur le terrain, l’efficacité, le confort et la logique « physique » du pédalage en position couchée. Mais Jean-Philippe Patthey, atteint d’une maladie cardiovasculaire, souhaitait également « participer activement, en collaboration avec les milieux pharmaceutiques et médicaux, à la recherche sur ces maladies. Il a tout de même subi trois interventions chirurgicales au cœur !
En compagnie de deux personnes dont son fidèle compagnon, Sacha Rieder, de Perrefite, qui s’occupe de la logistique et de l'intendance, le Neuchâtelois a parcouru en moyenne 200 km par jour, pédalant durant 10 à 12 heures quotidiennement. Il a traversé cinq fuseaux horaires, en passant par le Canada, la côte Ouest des Etats-Unis, le Mexique, le Guatemala, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua, le Costa Rica, Panama, le Venezuela, la Colombie, l'Equateur, le Pérou, le Chili et l'Argentine.

A noter qu’après avoir exécuté plus de la moitié de son parcours sur sa drôle de machine, Jean-Philippe Patthey a dû se résoudre à chevaucher un vélo plus traditionnel, son « vélo couché » donnant des signes de fatigue, car en Amérique du Sud, il était très difficile voire impossible de trouver des pièces de rechanges.
Le 20 décembre 2008, M. Patthey a gagné son pari ! En effet, il est arrivé à Ushuaia en Argentine, au bout de 119 jours, 22 heures et 15 minutes. Un nouveau record qui pulvérise de 20 jours (soit 481 heures et 45 minutes), l’exploit précédent sur le même parcours.


Quelques anecdotes
"Mon plus beau souvenir sera sans conteste ma rencontre avec un ours noir, sur une route perdue au Canada. Il était à 6-7 mètres de moi. Nous nous sommes regardés, immobiles, 3 à 4 minutes dans les yeux, puis l'animal est reparti. C'était magique. Mais je garde aussi en souvenir des rencontres magnifiques avec les gens, en Colombie et en Amérique latine, où j'ai reçu un accueil extraordinaire" raconte Jean-Philippe Patthey.
"Des mauvais moments? Il n'en reste aucun. Certes, il y a eu des moments plus difficiles car j'ai souffert de tendinites aux deux tendons d'Achille. Mais j'ai réussi à surmonter la douleur et à continuer. En outre, savoir que votre famille, vos amis et vos sponsors croient en vous vous donne la force de continuer", affirme le Brévinier.
"J'avais plusieurs raisons pour me lancer dans cette aventure. D'une part, je voulais repousser une nouvelle fois mes limites. Je voulais aussi développer la technique du vélo couché, et permettre des avancées médicales car j'ai subi 3 opérations cardiaques. Mais après avoir connu l'Arctique, l'Antarctique, l'Australie, je voulais aussi mieux connaître le continent américain. Et comme il y avait un record à battre, c'était un challenge supplémentaire!", confie-t-il.
Tour du cœur
Le 4 juillet 2016 au Mont-Saint-Michel, l'aventurier de 65 ans a pris le départ du tour de France cycliste. Son objectif: réaliser le même parcours que les professionnels et récolter des fonds pour deux projets caritatifs parrainés par le chirurgien jurassien René Prêtre.
Plus de 3'400 kilomètres plus tard, il renonce à rallier les Champs-Elysées comme initialement prévu pour des raisons avant tout financières. Rejoindre Paris représente en effet une somme non-négligeable. Argent qui du coup ne serait pas allé dans la crousille du Tour du Cœur. La globalité des donations reçues, avec les 300 repas vendus le 25 novembre 2016, a fini par s'élever à 40000 francs.
Un résumé de deux beaux exploits qui montre bien que les seniors, grâce à leur expérience et à leur force de caractère, même malgré de petits soucis de santé, peuvent encore réaliser de grandes choses ! Malgré son âge, il n’est pas question de repos pour notre baroudeur, Jean-Philippe Patthey a déjà en tête un nouveau défi le sur sol africain !
Adrien Mercier

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Programme  2017                             1er  semestre  2017

Mardi 17 janvier       
Petit Nouvel-an

Mardi 31 janvier
       
Assemblée générale: Convocation et ordre du jour joints

Mardi 21 février (dès 11h30)
   
Fondue à Saint-Marc

Inscriptions Fr. 15.-  auprès du trésorier Michel Pitton
jusqu’au mercredi 14 février 2017

Mardi 14 mars   
Randonnée pédestre:
Inscriptions auprès du trésorier Michel Pitton tél 079 212 16 13
ou michel.pitton@formatyp.ch
    
Mardi 28 mars   
Assemblée mensuelle: Programme à définir

Mardi 25 avril
   
Assemblée mensuelle: Programme à définir

Mardi 16 mai   
Sortie de printemps. Le programme est à définir
Une circulaire suivra

Mardi 30 mai 
 
 Assemblée mensuelle: Nous fêtons nos nonagénaires et octogénaires
    
Mardi 6 juin  

Journée dans les bois (refuge de Prilly / Fleur de Lys)

Mardi 27 juin   
Assemblée  mensuelle: Loto.  Crieur : Charles Chatelan

Mardi 25 juillet   
Réunion hors-les-murs (Lac de Sauvabelin)

Mardi 15 août
   
Sortie filets de perches à Morges (circulaire suivra)


Adresses utiles
   
Président:
David Bühlmann
Ch. de la Suettaz 5, 1008 Prilly
Tél. 021 624 36 38


Trésorier:  

Michel Pitton
Pierrefleur 66, 1004 Lausanne
Tél. 079 212 16 13
Courriel : michel.pitton@formatyp.ch
    
Attention : Les chèques Reka pour les membres ne s’obtiennent plus au secrétariat syndicom  mais se commandent pas téléphone au 058 817 18 18 (droit annuel maximum Fr. 700.-à 7%).
Toutes nos réunions ont lieu à 14 h30 sauf exceptions mentionnées, à la grande salle du Centre paroissial de Saint-Marc (sous le temple), au chemin de Renens 7. Trolleybus No 7.
Nos devoirs:   
Participer à l’activité de l’Amicale
Donner des nouvelles des membres malades
Cultiver l’amitié
Payer sa cotisation annuelle au début de l’année, directement
au trésorier, pour éviter les rappels et les frais postaux    

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Repas de fin d’année
au Restaurant de la Bourdonnette, à Lausanne

    
Mardi 13 décembre 2016

Chères amies, chers amis,
Notre traditionnel repas de fin d’année aura lieu le mardi 13 décembre 2016 au Restaurant de la Bourdonnette, route de Chavannes 201, à Lausanne

Transport:
Métro M1 (conseillé) (arrêt Bourdonnette) ou voiture privée
(parking à proximité, places limitées)
    
Programme:
11h30    Apéritif offert par la caisse de l’Amicale
12h30    Repas au Restaurant de la Bourdonnette

Menu :

Terrine maison garnie
***
Consommé julienne
***
Escalopines de porc au citron
Pommes frites et légumes
***
Cassata sicilienne
***
Café ou thé
Les boissons pendant le repas et les pousse-café sont à la charge des participants.      

         
Prix du repas:    
Fr. 45.00  pour les membres
Fr. 55.00  pour les accompagnants
Le montant de votre participation sera encaissé sur place    
Inscriptions:
Jusqu'au vendredi 2 décembre 2016
auprès de notre trésorier Michel Pitton au moyen du coupon ci-dessous ou par courriel: michel.pitton@formatyp.ch


Inscription pour le repas de fin d’année, au Restaurant de la Bourdonnette, à Lausanne le mardi 13 décembre 2016
 (A  renvoyer jusqu’au vendredi 2 décembre 2016 à Michel Pitton, Pierrefleur 66, 1004 Lausanne ou par courriel à : michel.pitton@formatyp.ch

Nom et prénom :     

Je participerai     seul     accompagné de :          

Lieu et date :              Signature :

Sixième Retraite du comité national GI Retraité-e-s, Bellinzona, le 25-27 octobre 2016

Notre comité des retraités s'est réuni pour la traditionnelle retraite annuelle, qui cette année a été organisée par notre section à l'hôtel Unione de Bellinzone.

 



De la centrale de Berne était présente: Patrizia Mordini, représentante des retraités au Comité directeur et Astrid Pulfer, secrétaire centrale.

Nous avons aussi eu l'honneur de recevoir les collègues Franco Caravatti, président des retraité-e-s du Tessin, Giovanni Valerio, journaliste et rédacteur du journal, Nicola Morellato, secrétaire régionale «Ticino et Moesano» et Bubi que nous remercions pour leur présence.

Notre président Roland Gutmann a géré comme de manière coutumière et avec compétence les travaux de l’assemblée. L'ordre du jour était riche avec beaucoup de questions à discuter et à résoudre. Entre autres la composition future de ce comité pour les prochaines quatre années à venir.

 

 

En ce qui concerne l'organisation tout a fonctionné de manière optimale comme c’était prévu au programme et nos hôtes ils sont rentrés à leur domicile avec un souvenir radieux et très satisfait de leur séjour au Tessin, malgré le temps pas trop clément qui les attendait, ou qu’ils souhaitaient, avoir au sud des Alpes. Ce que j’ai regretté pour eux.

 


La partie récréative n'a pas aussi été omise. L'accueil en Hôtel de Ville pour l'apéritif le mercredi du soir a été très agréable. À signaler la présence du Maire Mario Branda qui a fait les honneurs de la maison et donné aux hôtes la cordiale bienvenue dans la capitale tessinoise en résumant brièvement en français l'histoire actuelle et future de la ville. Ensuite, nous avons visité la splendide salle patriciale et la très belle «Corte di Palazzo Civico».

Jeudi le soleil a enfin fait son apparition! Ceci a permis de visiter le «Castelgrande» où les participants ont pu admirer cette splendide beauté et profité de faire des prises de vues du groupe et autres.

Pour conclure ces trois jours, l'apéritif a été offert par la section du Tessin suivi du repas final et tous les membres présents ont reçu un agréable hommage en souvenir de cet événement national réussi.
Ensuite, les participants ont fait le voyage du retour en attendant le rendez-vous de l'année prochaine.

Ernesto Fenner

 

Autres photographies:

Arrivederci Bellinzona

 

Photographies: Rosemarie Gerber & Claude Kemm

 

 

Groupement des retraités de Neuchâtel

Ouf, une bonne nouvelle!
Le projet de traité de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis (aussi nommé TAFTA ou TTIP) semble avoir pris un coup dans l’aile ! Début septembre, Paris,  au travers de son ministre du Commerce extérieur Mathias Fekl, a demandé l‘arrêt des négociations. Il faut savoir que le traité ne pourrait entrer en vigueur que si tous les membres le ratifient. A priori, Angela Merkel croit encore à l’aboutissement des tractations. Elle vient d’ailleurs de déclarer « Je pense qu’un tel accord offre des chances de création d’emplois pour nous et nous avons besoin d’emplois de façon urgente en Europe ». L’attitude Mme Merkel n’est pas surprenante, mais égoïste pour le moins ! L’Allemagne a une économie puissante et très concurrentielle, sans point faible important. Elle ne voit donc que son intérêt et oublie tous les inconvénients et travers de ce projet destructeur d’équilibres ! L’opinion publique allemande est pourtant très remontée contre ce partenariat qui est perçu comme un cheval de Troie pour la puissance hégémonique américaine. Cette volonté de fuite en avant de Mme Merkel vise probablement à effacer ses erreurs politiques s’agissant de l’immigration non maîtrisée à ce jour.
Pour mémoire, rappelons que le traité aurait pour conséquences l’extension de la libre circulation des biens et des services, l’adoption par l’Europe des principales règles commerciales américaines (OGM, viande aux hormones, antibiotiques pratiquement libres, privatisation des services publics, etc, etc). L’adoption de ce traité permettrait aux américains d’envahir tous nos marchés et de détruire à n’en pas douter des pans entiers de l’économie européenne déjà en difficulté (agro-alimentaire et bien d’autres). Le combat n’est malheureusement pas terminé et il s’agira d’être attentif ces prochains mois. Pour ma part, les grands marchés qui sous-tendent la mondialisation ne doivent pas être idéalisés, et donc refusés, s’ils conduisent à l‘appauvrissement des plus faibles et à un modèle de société déstabilisé et destructeur de souveraineté.

5 septembre 2016

Frédéric Jeanneret

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Sortie d’été à Morges
Filets de perches

Restaurant «Le Casino» Mardi 16 août 2016
 
Chères amies, chers amis,
Notre traditionnelle sortie d'été aura lieu, par n'importe quel temps, le mardi 16 août 2016 au restaurant «Le Casino», Morges (en face du débarcadère CGN)

Déplacement par bateau: Chacun prend son billet
Aller:    

Départ Ouchy    10 h 45 -  Arrivée Morges  11 h 19
Retour:

Départ Morges    16 h 00 - Arrivée Ouchy    16 h 20           

Vous pouvez également vous déplacer avec les CFF, en voiture privée ou à pied                
Programme
11h45    Apéritif offert par la caisse de l’amicale
12h30    Repas au Restaurant «Le Casino»:
-    Salade mêlée
-    Filets de perches, pommes frites
-    Dessert
-    Café
Les boissons pendant le repas sont à la charge des participants.                

Prix du repas :    

Fr. 40.00  pour les membres

Fr. 50.00  pour les accompagnants

Le montant de votre participation sera encaissé sur place.

Merci de préparer le montant exact.            
Inscriptions:  Jusqu'au vendredi 5 août 2016

auprès du trésorier Michel Pitton au moyen du coupon

ci-dessous ou par courriel : michel.pitton@formatyp.ch

Le restaurant de Sauvabelin étant inutilisable, nous vous informons que notre rencontre hors les murs aura lieu le mardi 26 juillet 2016 sur la terrasse du Restaurant Fleur-de-Lys, à Prilly dès 14h30 (Déplacement individuel)

 

Inscription pour la sortie «Filets de perches», à Morges le mardi 16 août 2016
 (A  renvoyer jusqu’au vendredi 5 août à Michel Pitton, Pierrefleur 66, 1004 Lausanne ou par courriel à : michel.pitton@formatyp.ch)

Nom et prénom :     

Je participerai     seul     accompagné de :          

Je me déplace     en bateau      moyen de transport individuel (bus, voiture à pied)


Lieu et date :               Signature :

5e rencontre des retraité-e-s du secteur média de syndicom

Souvenirs, amitié et engagement
C’est sous un magnifique soleil de printemps que plus de 160 anciens collègues des arts graphiques se sont rendus à Bulle (FR), le 18 mai dernier, pour la 5e rencontre des retraité-e-s du secteur média de syndicom. Il y a beaucoup été question d’AVS+. Et du Moléson. Yves Sancey


Selon une belle tradition qui date déjà du temps de comedia, le syndicat organise tous les trois ans une rencontre qui réunit beaucoup des collègues du secteur des médias venus de toute la Suisse. Le comité d’organisation de cette 5e rencontre a été remarquable. Composé de Rodolphe Aeschlimann, Peter Rymann, Pierre-André Charrière et Théo Savary, secondé par Astrid Pulfer et Sarah Egger, il a accueilli à Bulle les hôtes dès leur descente du train ou du bus pour certains.


Chacun a pu alors prendre le verre de l’amitié et profiter d’un bel apéritif, offert par la ville de Bulle, sous le petit abri boisé devant le restaurant des Halles dans la vieille ville. L’occasion d’évoquer des souvenirs, de prendre des nouvelles des uns et des autres et de passer un bon moment. Après ces agapes, tout le monde est monté à l’étage pour le repas de midi.

 


L’heure d’organiser une vrai résistance  
Mais avant de manger, organisateurs et autorités locales ont souhaité la bienvenue.

 

Peter Rymann, vice-président du GI des retraités a salué l’assemblée. Il a rappelé les mutations et les défis pour les travailleurs de la branche de l’industrie graphique qui n’est pas encore vouée au musée de l’histoire. «Il est l’heure d’organiser une vrai résistance» a-t-il plaidé. Et de défendre nos acquis obtenus pour les générations précédentes comme l’AVS, « un système génial à préserver ». Notre objectif est de la renforcer avec la votation du 25 septembre pour AVS +. Il a également remercié Corinna et Nina pour la traduction.


Raoul Girard, vice-syndic de Bulle, a rappelé que ce n’est pas un hasard si la ville compte plus d’un million de visiteurs par année. En plus de sa douceur de vivre et ses curiosités culturelles comme le musée et le château, elle peut compter sur ses saveurs comme le gâteau bullois ou la fondue. Fière de son passé, la ville a connu un grand boom urbanistique ces dernières années et compte actuellement 22 000 habitants.

« Les autorités, a souligné Raoul Girard, veillent à préserver et améliorer chaque jours la qualité de vie de la population. »

Alain Carrupt a fait part de son plaisir d’être là, d’autant plus qu’il s’agissait de son « dernier acte officiel » en tant que président de syndicom. Suite à des problèmes de santé, il a en effet pris la « sage résolution » de prendre une retraite anticipée dès le 1er juillet. « Le rôle des retraités, a-t-il rappelé, est important ne serait-ce du simple fait que la Suisse compte un nouveau retraité toutes les 8 minutes et qu’ils sont une force électorale. » Il espère donc leur engagement en faveur d’AVS+. Le président du GI Retraité, Roland Gutmann, a aussi fait part de son plaisir de participer à cette 3e rencontre.

 

 

Appartenir à la famille syndicale
Le « Quatuor des Gueux », un chœur de Bulle, a ensuite interprété différents chants typiquement fribourgeois dont une chanson sur une montagne chère au cœur des Gruériens : le Moléson. « Un peu notre Fujiyama fribourgeois » a plaisanté un des chanteurs.  

 

 

Puis la Conseillère aux Etats vaudoise Géraldine Savary s’est exprimée. Elle a rappelé son enfance bulloise puisque son père, Théo Savary, vit depuis toujours à Bulle. Cet ancien typographe - engagé syndicalement et co-organisateur de cette journée - lui a transmis ses valeurs de fraternité et de combativité qu’elle a retrouvées au Parti socialiste et qu’elle défend aux Etats. Géraldine Savary a dit sa fierté d’appartenir à la famille des syndicalistes et la chance d’avoir eu des parents engagés. Et c’est au nom de ses valeurs qu’elle a lancé un vibrant plaidoyer en faveur d’AVS+. Elle a rappelé que le premier pilier est fortement menacé et que le projet Prévoyance Vieillesse 2020 était inacceptable et qu’il sera combattu en l’état. Pour elle, «AVS+ est réaliste et réalisable. C’est l’occasion de faire entendre notre voix. 200 000 retraité-e-s sous le seuil de pauvreté, ce n’est pas acceptable».  

 


Après le repas et les douceurs de la Gruyère, une partie des participant-e-s à la journée ont été visiter le Musée gruérien situé près du centre historique de Bulle. Tout le monde s’est quitté en se réjouissant déjà de la prochaine édition dans trois ans.

 

 

 

 

 

Autogoal!

Le peuple s’est exprimé le 5 juin en refusant l’initiative en faveur du service public! Victoire ou défaite ? A chacun de se positionner. Pour ma part, je suis déçu et dubitatif . Mes raisons:
1) le non à l’initiative entérine implicitement une situation et renforce l’idée que la politique actuelle de la Confédération est la bonne. Par conséquent, le peuple est d’accord avec les démantèlements progressifs des services publics, par exemple la fermeture des offices de poste, la rationalisation des réseaux, la suppression des postes de travail, la privatisation des secteurs les plus rentables, etc, etc . Tout cela avec l’aval tacite ou involontaire des syndicats et des partis de gauche! Surprenant et pour ma part incompréhensible!
2) les accords en gestation (TISA, Accord sur le Commerce des Services et  TTIP ou TAFTA, Traité de libre-échange transatlantique) qui visent à privatiser tous les services publics des pays les plus riches de la planète pourront donc être signés sans sourciller par nos autorités, puisque le peuple suisse a entériné une politique allant dans le même sens, à quelques nuances près !
3) La finance et le capitalisme à tout prix ont gagné une fois de plus. Il n’y a donc plus lieu de se plaindre des centaines de millions versés chaque année à la Confédération en impôts et autres dividendes !
4) La lutte syndicale a-t-elle encore un sens si elle consiste à laisser faire le système capitaliste qui précarise et appauvrit le travailleur et le citoyen lambda ?
Conclusion
Le vote de dimanche augure mal du futur des services publics !

7.6.2016

Frédéric Jeanneret
Groupement des retraités
Région Neuchâtel et environs

Groupement des retraités syndicom de l’Est vaudois/Valais romand

C’est Charlie, c’est Charlot…

 


…avec son petit chapeau ! Cette chanson des années 50 a sûrement dû remonter des tréfonds des souvenirs d’enfance ou de jeunesse de plusieurs d’entre les membres du GI retraités syndicom secteur 3 médias Est vaudois/Valais romand (appellation officielle!) le 2 juin dernier. En effet, le but de la sortie de printemps 2016 du groupement était la visite de Chaplin’s World, le magnifique musée de Corsier-sur-Vevey qui vient d’ouvrir ses portes.

 

 

Impossible de raconter les reconstitutions, les protagonistes de cire (le musée Grévin est partie prenante), les extraits de films, les informations sur l’historique de la carrière de cet immense personnage qu’était Charlot, et sur la vie de Sir Charles Spencer Chaplin, particulièrement ses vingt-cinq dernières années passées au Manoir-de-Ban à Corsier.

 

 

 

De l’avis de tous, la réussite est totale. Il faut donc que tous ceux qui n’y sont pas encore allés fassent le pas, ne serait-ce que pour faire contrepoids aux groupes de Chinois, d’Indiens, de Russes (sans parler de nos amis d’outre-Sarine…) qui y défilent déjà.
La partie officielle s’est déroulée ensuite au Café-Restaurant du Stand de Gilamont. L’assemblée a validé les statuts, dont notre groupement n’était pas encore doté. Un exemplaire va en être envoyé au Comité central à Berne. Puis Rodolphe Aeschlimann du Comité central nous a apporté quelques informations sur les votations à venir en septembre, surtout sur le sujet AVS+.

 


La fondue vigneronne servie ensuite par le patron M. Claude Clos et son personnel très avenant a eu le succès qu’elle méritait auprès des participants.
C’est donc «dans la joie et la bonne humeur» que tout le monde s’est donné rendez-vous pour la prochaine, le 20 octobre 2016, à l’Abbaye de St-Maurice.

M. Ch.

 

Autres images:

Les Retraité-e-s du secteur des MEDIAs vous invite à la «5e rencontre nationale» du secteur à Bulle

Mercredi 18 mai 2016 la «5e rencontre des retraité-e-s» du secteur des médias a lieu à Bulle.

Tous les retraité-e-s du secteur des médias ont reçu une invitation personnelle.

Pour toutes questions complémentaires adressez-vous à Rodolphe Aeschlimann,
chemin de la Bovery 25, 1614 Granges / raeschli@worldcom.ch / 021 947 43 23..

Le comité organisateur a préparé un beau programme et se réjouit de vous renconter.


(RA)

L’appel du 1er mai

Tous ensemble pour une AVS forte!
∙ A une époque où les patrons prennent le franc fort pour prétexte afin de supprimer à tour de bras des emplois et imposer aux travailleurs et travailleuses des conditions de travail toujours plus flexibles et éprouvantes ; • à une époque où le fossé entre riches et pauvres se creuse toujours plus et où la droite ne fait pratiquement rien pour le combler, mais l’agrandit encore plus avec sa politique fiscale et financière ;
∙ à une époque où les patrons, malgré l’obligation inscrite dans la Constitution, continuent à refuser de verser aux femmes un salaire égal pour un travail de valeur égale et où les partis de droite n’entreprennent rien contre cela ; • à une époque où la droite fait s’enchaîner les programmes d’austérité dans les pouvoirs publics et ne se gêne pas de saper toujours plus les services publics ;
∙ à une époque où le plus grand parti du pays ne cesse de se déchaîner contre les migrant·e·s et les minorités pour, avec cette politique des boucs émissaires, détourner l’attention des vrais problèmes ; • à une époque où les patrons et les partis de droite veulent constamment baisser les prestations de l’AVS, faisant basculer toujours plus de personnes dans la détresse, alors que le paquebot du 2e pilier prend toujours plus l’eau et que la perspective de vivre ses vieux jours matériellement dans la dignité s’obscurcit pour beaucoup ;
∙  dans une telle époque, il s’agit de se rassembler, de se battre tous ensemble pour la dignité et la justice sociale, pour les emplois et de bonnes conditions de travail.
Le passé nous a appris qu’il vaut la peine que les syndicats fassent preuve d’un engagement combatif. On l’a vu avec la victoire remportée contre l’initiative inhumaine de « mise en oeuvre », ils ont contribué de manière déterminante à montrer à l’UDC où sont les limites à ne pas franchir avec la xénophobie et les attaques contre les fondements, en Suisse, de l’Etat de droit et des droits humains. Les votations gagnées par les syndicats ces quinze dernières années, grâce auxquelles il a été possible d’empêcher que les prestations de la prévoyance vieillesse soient démantelées, le montrent également.
Ce combat franchit maintenant une nouvelle étape. Car les patrons et les partis de droite font campagne sans relâche pour un réaménagement de la prévoyance vieillesse qui est contraire à l’esprit de la solidarité. Usant de l’argument massue de l’évolution démographique, ils essaient de faire avaler à la population la prétendue nécessité de relever l’âge de la retraite et de diminuer les prestations. Et en invoquant la « génération dorée », ils essaient de persuader les gens que les retraité·e·s roulent en principe sur l’or, provoquant par là un conflit entre les générations.
Nous les syndicats, nous nous battons contre toutes ces légendes qui sont entrées dans la tête de beaucoup. Nous savons en effet que la grande majorité des retraité·e·s actuels et futurs n’ont pas besoin que leur rente baisse, mais qu’elle augmente.
Et nous savons que l’assurance populaire qu’est l’AVS, l’assurance sociale la plus efficiente, la plus sûre et la plus solidaire, doit être renforcée et non pas affaiblie.
Ensemble avec les travailleurs et les travailleuses, ensemble avec les retraité·e·s, nous allons nous battre pour AVSplus. L’enjeu, c’est plus qu’une hausse de 10 % des rentes AVS. L’enjeu c’est de gripper le moteur du démontage social, et d’huiler celui de la justice.
Prenons à bras le corps ce tournant social ! D’abord avec l’AVS, cet ouvrage séculaire, cette preuve concrète de solidarité donnée par notre pays. Puis dans le monde du travail et dans la société. Ensemble. Parce qu’un tournant social est nécessaire. Et parce qu’il est possible.
(USS)

Groupement des retraités de la section Arc Jurassien

Assemblée générale du Groupement des retraités de la section Arc Jurassien à Malviliers le 16 mars 2016.
Gabriel Cuany, notre président salue les 59 personnes présentes ainsi que les invités qui nous font l’amitié de venir assister à nos débats. Notre président salue particulièrement Corinne Morhan, nouvelle présidente de section de l’Arc Jurassien, Jean-François Donzé, secrétaire régional Syndicom et il présente Francisco Pires, secrétaire syndical à Unia qui nous parlera de l’enjeu des votations AVS+ du 25 septembre 2016. Notre président demande une minute de silence à la mémoire de nos collègues disparus et il adresse une pensée émue à toutes les personnes touchées par le deuil et la maladie.
Dans son rapport annuel, Gabriel constate une fois de plus que 2015 n’a pas apporté de cadeau aux retraités que nous sommes, pas de renchérissement du côté des rentes, pas de versement unique de la caisse de pension, pas d’augmentation des bons de l’entreprise La Poste, malgré les bons résultats annoncés, bref rien de nouveau sous le soleil…

 

 


Du côté syndical, Gabriel souligne le bel élan de solidarité de la population contre la suppression progressive de la livraison du courrier par la poste dans les habitations isolées. L’engagement sans faille de Messieurs Julien Jaquet et Jean-François Donzé a été d’une grande efficacité. Plusieurs séances d’information se sont déroulées dans notre région et ont connu un certain succès. Ce ne sont pas moins de 8360 signatures qui ont été récoltées et déposées auprès de Monsieur Dominique Bugnon, chef du département des transports et de la communication (DETEC). Du côté politique, Messieurs Clottu et Maire ont déposé une motion aux Chambres fédérales. Dans sa réponse le Conseil fédéral juge appropriées les dérogations à l’obligation de distribuer le courrier à domicile prévues par l’ordonnance sur la poste. Et la Conseillère fédérale Doris Leuthard ne voit donc pas la nécessité d’intervenir auprès de la Poste.


Le Géant jaune ferme les bureaux à la vitesse grand V. C’est la poste dans un magasin ou le service postal à domicile qui est proposé à la population des villages concernés. Notre président y voit une perte des prestations et la création d’un désert postal dans notre pays. Mais ce qui dérange le plus Gabriel Cuany c’est la manière de communiquer aux communes et à la population. La plupart du temps, le personnel et les autorités sont soumis à des clauses de confidentialité très strictes. Quand la population veut manifester son opposition, la réponse de la Poste est « qu’il est trop tard ». Notre président appelle cette manière de procéder : « la dictature du fait accompli ». Autre colère de Gabriel, la réaction ou plutôt le manque d’opposition du Conseil communal de la ville de Neuchâtel lors de l’annonce par la Poste de la fermeture de quatre offices dans cette localité.


C’est un président désolé et inquiet qui nous annonce de nombreuses démissions au sein du personnel du secrétariat à Berne. Ces départs annoncés et surtout celui de la vice-présidente Bernadette Haefliger ont provoqué un choc parmi les membres du comité national des retraités. Gabriel tient à remercier Bernadette pour son engagement, sa compétence et ses disponibilités pour le Groupe d’intérêt (GI) des retraités.


Concernant le bilan des activités 2015, le bilan est positif. Pour revivre les courses notre président recommande la lecture des articles parus dans le bulletin de section, dans le journal ou encore sur le site internet de Syndicom sous la plume de Frédéric Jeanneret, Otto Hurni ou Adrien Mercier. Enfin Gabriel remercie les organisateurs des courses, Frédéric, Otto et Jacques Simon-Vermot et les membres du comité pour leur engagement et leur disponibilité. Il associe à ces remerciements Jean-François Donzé et Fabienne Brunner pour leur collaboration et Corinne Morhan et Léo Nobs respectivement présidente et caissier pour tout le travail et le soutien apporté au comité au nom des actifs de la section.


Corinne Morhan, nouvelle présidente de la section Arc Jurassien se présente avec plus de détails. Elle remercie le groupement des retraités toujours très actif de la section pour son invitation. Elle revient sur la CCT Poste ; même si nous n’avons pas obtenu ce que toutes et tous nous espérions, le plus dur actuellement sera de la faire appliquer sur les places de travail. Pour les actifs, le grand chambardement postal continue, en plus des fermetures des bureaux ce sont les salaires du personnel qui sont dans la ligne de mire des dirigeants du réseau. Corinne est consciente que dans les autres entreprises les situations sont certainement aussi difficiles, mais elle ne connait pas encore toutes les branches affiliées à Syndicom (Swisscom et Média). Par contre, elle souhaite que le 5 juin 2016 nous allions voter oui au revenu de base inconditionnel (RBI). Avec la quatrième révolution industrielle, notre société ne pourra plus garantir le plein emploi. Les pouvoirs publics  sont confortés à un taux de chômage grandissant (délocalisation, suppression massive de personnel). Il y a de moins en moins de poste de travail à temps complet et de plus en plus de travail à temps partiel. Le revenu de base inconditionnel devrait éradiquer la pauvreté et donner la liberté à chacun de choisir sa vie, son travail, sa formation.


Notre secrétaire régional, Jean-François Donzé, nous fait part de ses constatations sur la vie syndicale et politique. A Genève, les représentants de 52 pays élaborent un projet TISA. Dans les faits, il s’agit de libéraliser l’ensemble des services qui ne sont pas directement des services des Etats (diplomatie, police, armée). La Poste en fait bien sûr partie. Nous sommes donc arrivés au stade final de la libéralisation des services publics, donc de l’ultra-libéralisme. Ce qui étonne Jean-François, c’est la passivité des syndicats et de la gauche en général ! Où sont les manifestations montrant notre rejet, notre ras-le-bol de cette nouvelle société ? Notre secrétaire régional regrette que Syndicom ne soit plus qu’une force qui accompagne les plans de restructurations des entreprises. Pour lui, des syndicats qui ne font plus peur au patronat ne sont tout simplement plus des syndicats. Il attend des instances dirigeantes un souffle nouveau, un vent de combativité. C’est ce qui a manqué dans les dernières négociations concernant l’externalisation des camions de la Poste. Résultat des courses : on accompagne les pertes d’emplois par un plan social, comprenant des retraites anticipées pour certains et replacement dans d’autres jobs pour d’autres. Avec la perte de ces places de travail on permet à l’entreprise de libéraliser les transports, de les externaliser à des entreprises qui à leur tour confie le job à d’autres. Résultat : les ouvriers qui font le travail sont payés entre 9 et 15 frs de l’heure et pour vivre avec ce salaire de misère, ils logent dans des caravanes près de leur lieu de travail. Aujourd’hui on délocalise les transports, demain ce sera une partie de la distribution. Quant aux bureaux de poste, leur suppression continue, 24 bureaux sont passés à la trappe en 2015 et ce n’est pas fini. Insurgeons-nous!

 


Francisco Pires se présente rapidement. Il habite les Franches-Montagnes et est secrétaire à UNIA, il est mandaté par l’Union Syndicale Suisse (USS) pour présenter les projets AVSplus et Prévoyance vieillesse 2020.
Les milieux économiques et politiques sèment le doute à propos de l’AVS et ils attisent les peurs. Leur but : démanteler les prestations de l’AVS. Pour y arriver : ils proposent de relever l’âge de la retraite  et de supprimer la compensation du renchérissement sur les rentes versées. Résultats : Les gens devront cotiser plus longtemps. La suppression du renchérissement, quant à elle, équivaut dans les faits à une baisse des rentes. Quel jeu jouent-t-ils ?  Ils n’acceptent pas que l’AVS débouche sur une importante redistribution des richesses et renforce les petites gens aux dépens des riches. Cela, parce que tout le monde doit verser à l’AVS le même pourcent de son revenu total, alors que le montant des rentes est plafonné. Les riches paient donc plus que ce qu’ils recevront un jour en tant que retraité(e)s. Pour beaucoup, c’est une épine dans le pied. Enfin, l’AVS n’offre pas aux banques et aux assurances la possibilité de faire des profits. Par contre, l’énorme fortune - toujours plus importante - placée dans le 2e pilier est une mine d’or pour les banques, les conseillers en placement et les assurances.
Le 2e pilier est sous pression. Les années 90, le temps où le marché des capitaux et ses juteux bénéfices faisaient augmenter les avoirs de vieillesse et les rentes du 3ème pilier est révolu. La situation extraordinaire en matière de taux d’intérêt, que les dernières décisions de la Banque nationale ont encore aggravée, est un défi pour les caisses de pensions. À travers toute la Suisse, les taux d’intérêt ont été ou sont abaissés au niveau du minimum obligatoire.
Les taux de conversion, qui définissent le montant des rentes futures, ont également été revus à la baisse. La prochaine est déjà en cours. Ainsi, la caisse de pensions du canton de Zurich appliquera dès le 1er janvier 2017 un taux de conversion de 4,8 %. Sur le long terme, des hausses des rentes du 2e pilier sont illusoires. Au contraire, nous devons nous battre pour que le niveau des rentes soit maintenu et que les assureurs ne se servent pas exagérément. Pour maintenir le niveau des rentes actuel, nous devrons payer plus cher. Et si les marchés financiers perdent la boule, des cotisations d’assainissement seront parfois nécessaires. Les personnes à la retraite aujourd’hui ressentent déjà les défaillances de la prévoyance professionnelle. Leurs rentes du 2e pilier ne sont plus adaptées au renchérissement.


Pour les bas et moyens revenus, l’AVS a le meilleur rapport prix/prestations : en comparaison avec la prévoyance privée, les travailleurs économisent plusieurs centaines de milliers de francs. De plus, sans l’AVS, les jeunes devraient à nouveau entretenir leurs parents.
Si l’AVS est renforcée grâce à AVSplus, ce sont entre autre les bas et moyens revenus qui en profiteront. Pour eux, l’AVS est la principale source de revenu une fois à la retraite. Un supplément de 10 %, comme le prévoit AVSplus, soulagerait fortement le quotidien des personnes qui ont des petites rentes. Les bas revenus ne pouvant pas se payer de prévoyance privée.
En Suisse, nous pouvons nous permettre AVSplus. Une augmentation des rentes de 10 % coûtera 3,7 milliards de francs. Cela correspond à 0,8 % prélevé sur les salaires, soit 0,4 % pour l’employeur/employeuse et autant pour les travailleurs/travailleuses. Par le passé, on a déjà financé des hausses substantielles des prestations de l’AVS en relevant les pourcents de salaire. C’est supportable et ne fera pas partir notre économie en vrille. Entre 1992 et 1995, les cotisations salariales à l’assurance-chômage sont passées en deux étapes de 0,4 à 3 %.
S’ajoute à cela que les cotisations salariales versées à l’AVS sont restées les mêmes depuis 1975, alors que les cotisations salariales du 2e pilier n’ont cessé d’augmenter pour se situer en moyenne à plus de 18 % (2014). Francisco Pires termine son exposé en présentant «Prévoyance 2020» et ses réformes. Réformes qui pour l’instant couteront cher aux femmes et aux cotisants du 2ème pilier.  Enfin, notre orateur nous demande de convaincre nos amis, voisins, collègues du bien-fondé d’AVS+ et surtout d’accepter cette initiative lors des votations cet automne.


Après que Jacques Simon-Vermot ait présenté le programme des réjouissances 2016 et lancé un appel pour des idées de courses ou de conférences, c’est notre président qui lance une invitation aux bonnes volontés afin d’étoffer le comité. Ensuite, le comité actuel est réélu par acclamation.


La parole est aux invités et c’est Alain Michaud qui apporte les salutations de la Vaudoise. C’est avec sa verve coutumière que Alain nous dit le plaisir qu’il a de venir sur les hauts plateaux du Jura et autres vallons, plaisir aussi d’écouter nos accents particuliers. Dit avec un bon accent vaudois ces quelques mots font rire la salle, Alain se mue en défenseur des langues régionales et plus particulièrement de l’accent des différents terroirs. Michel Meylan transmet les salutations du groupement des retraités de Genève. Il remercie Jean-François Donzé et Adrien Mercier secrétaire des procès-verbaux pour leur travail. Il ne boude pas son plaisir d’assister à notre assemblée. Pierre Savary de Fribourg, après les salutations d’usage, nous confie les soucis qu’il a en tant que citoyen. Deux choses le chagrinent. La politique de l’Europe qui va jusqu’à interdire l’étiquette Champagne pour quelques bouteilles de vin produites dans le petit village vaudois. Personne n’a défendu les viticulteurs de ce coin de pays. Et encore heureux que Bruxelles n’ait pas réussi d’interdire aux citoyens de notre pays d’avoir le fusil d’assaut à la maison. Enfin la politique d’asile du Conseil fédéral. Quand on voit au téléjournal les familles syriennes et leurs enfants écrasés contre les barrières pour les empêcher de venir en Europe, on se pose la question de connaître les raisons qui font que notre pays accorde plus de permis a des jeunes venant d’Afrique avec la raison de ne pas vouloir servir dans l’armée de l’Erythrée qu’aux pauvres syriens qui fuient les bombardements. Enfin Pierre revient avec son cheval de bataille, la compensation du renchérissement pour les retraités. Cela fait des années que la Confédération nous roule dans la farine avec le refus systématique de compenser le renchérissement alors que les moyens sont disponibles. Pour essayer d’obtenir quelque chose, il faut que les syndicats cessent de préserver leur pré carré et se regroupent avec les forces politiques de gauche pour faire plier le Conseil fédéral et le grand argentier et ensuite ce sera le tour les entreprises publiques. Claude Kemm membre du comité national des retraités revient  sur la politique migratoire du Conseil fédéral.  Plus particulièrement sur le financement à court et long terme de cette politique. Le bon peuple n’a pas fini de passer à la caisse, s’inquiète-t-il !


Les personnes intéressées par AVSplus et qui désirent recevoir les dernières nouveautés peuvent donner leurs adresses Mail à Adrien Mercier qui fera suivre. Celles qui n’ont pas d’ordinateur, les recevront par courrier postal.
A 12h20, notre, président, Gabriel Cuany, clôt l’assemblée et invite les membres à partager un apéritif offert par la section.
Pour le PV, Adrien Mercier

Schneider, clown triste

Il y a un mois, ici même, dans cette tribune, je brocardais le chef de l’Economie Schneider- Amman. Depuis, celui-ci s’est distingué. Son numéro de clown pour la journée des malades a fait rire le monde entier. Nous, il ne nous fait plus rire. On attend toujours de lui une réaction face à l’hémorragie des 50 000 emplois perdus depuis la fin du taux plancher selon l’USS. Ses collègues de droite, eux, agissent : ils profitent de la 3e réforme de l’imposition des entreprises (RIE3) pour s’accorder de nouveaux rabais fiscaux tout en refusant des correctifs, avec des centaines de millions de manque à gagner pour la Confédération à la clé et de l’austérité à gogo. Le patronat refuse aussi que l’Etat corrige les inégalités de salaire hommes-femmes et veut des magasins ouverts le plus tard possible.
Ancien de l’Union patronale, le patron de La Poste, Peter Hasler, annonce des mesures impopulaires pour le réseau postal à cause des clients qui s’en détourneraient (24 heures, 11.3) ! Les salaires du management postal explosent, + 24 %, comme ceux de la direction de Tamedia : + 74 %.
Le vote du 28 février a néanmoins permis de se remettre à rêver. Un formidable élan a grippé la machine blochérienne. Taper sur quelques milliers de réfugiés ne résout bien sûr aucun problème. La Suisse doit affronter de vrais défis mais le clown Schneider-Amman dort encore.


 Yves Sancey, rédacteur romand

Assemblée Générale du groupement et amicale des retraités Poste et Télécom Genève

Ce 9 mars 2016, Michel Meylan préside pour la 5ème foisl’assemblée générale de notre groupement. Ses souhaits de bienvenue sont adressés à toutes et à tous. Il salue spécialement Alain Michaud membre du GI et orateur du jour, ainsi que Gabriel Cuany et Richard Schopfer de l’Arc Jurasien, Pierre Savary président émérite des retraités fribourgeois, Werner Kaltenrieder  Vaud Poste et  Michel Guillot président de la section syndicom Genève. Il n’oublie pas de relever la présence d’Amélia Christinat  membre d’honneur de la section.
Dans son rapport, Michel dénonce la soumission des médias  inféodés au diktat du grand capital. Les dernières élections municipales à Genève ont confirmé l’enlisement de la gauche.  Sur le plan national la droite musclée s’est renforcée de manière significative. Les syndicats et les mouvements progressistes rencontreront toujours plus de peine à  concrétiser leurs idéaux.
L’initiative sur l’AVSplus soumise au peuple en septembre sera combattue férocement par les partis de droite et le monde de la finance. Il faudra convaincre les citoyens de ce pays de ne pas succomber aux arguments fallacieux des pourfendeurs des acquis sociaux.
 Notre groupement, grâce à ses nombreux bénévoles, s’efforce de maintenir  un esprit d’amitié et de solidarité. Une bonne fréquentation à nos assemblées mensuelles, de belles courses pédestres, une sortie au pays de la fée verte et  la fête de l’escalade ont ponctué les activités de l’année écoulée. Michel termine son rapport en remerciant les membres du comité, du comité élargi, ainsi que tous les membres qui participent assidument à nos diverses activités et en demandant une minute de silence pour honorer la mémoire de la vingtaine de collègues qui nous ont quittés en 2015.
Les comptes 2015 et le budget 2016 excellemment présentés par Jean-Jacques Lude sont approuvés par l’assemblée.
Sous la houlette de Michel Meylan président, le comité formé de  Lucien Loutenbach, Jean-Jacques Lude, Michel Verdon, José -Ramon Gonzalez, Jean-Claude Reuteler, Suzanne Rosat, Tina Tirilly, Armin Knopf est réélu par acclamation. La réadaptation des cotisations des membres l’Amicale est acceptée à une large majorité.
Alain Michaud ne perçoit pas une prochaine amélioration de nos rentes. La diminution des rendements du capital ne permettent pas l’octroi d’un renchérissement. Il ne peut cacher la déplorable gestion financière et organisationnelle de syndicom. De nombreuses démissions, féminines surtout, démontrent un mauvais climat au sein de la direction de notre syndicat. Il est urgent d’étudier de nouvelles stratégies pour pérenniser syndicom Le GI national des retraités s’engagera pour AVSplus et luttera contre la nouvelle révision  des cotisations des caisses-maladie qui prétéritera les personnes âgées.
José-Ramon Gonzalez constate qu’au temps des comités de fédérations, les militants avaient plus d’influences sur les décisions démocratiques. Le syndicat ne se gère pas comme une entreprise, il doit retrouver les vieux réflexes des ouvriers qui occupaient la rue.
Pierre Savary et Gabriel Cuany apportent les salutations de leurs sections respectives. Toutes les instances syndicales de retraités devraient se mobiliser ensemble pour obtenir une amélioration de nos conditions financières. Une manifestation des retraités à Berne aurait certainement le soutien des alémaniques. L’évolution informatique a complètement transformées les conditions des travailleurs; mais cette évolution doit être maitrisée socialement. Ce n’est pas Michel Guillot qui contredira cette analyse. Le personnel actif est soumis à de très fortes pressions pour satisfaire les objectifs de rentabilité.
Amélia s’inquiète pour l’avenir. Malgré une légère prise de conscience de quelques jeunes, il est difficile de leur transmettre le flambeau.
Cette vivante assemblée, fréquentée par 97 personnes s’est agréablement poursuivie par un apéritif et un repas partagé dans une sympathique  ambiance.

                             
Michel Verdon

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Procès-verbal de l’assemblée générale du groupement des anciens de l’imprimerie, Lausanne - Salle St-Marc, Lausanne - 26 janvier 2016

 

Le président David Bühlmann souhaite une cordiale bienvenue aux 24 membres présents.

 

 


1.  Nouvelles de nos membres

Les nonagénaires en 2016 sont : Odette Honsberger, notre doyenne, 95 ans, et Alice Cardinaux, 94 ans, qui se trouve à l’EMS de l’Orme, Paulette Chatelan et James Pittet, tous deux 91 ans également cette année ; ce dernier, après être tombé, est à la maison, mais a besoin d’aide. Marcel Amiguet, paralysé du côté gauche, est chez lui, mais est pris en charge la journée au CMS de Renens. Gabriel Jaccottet est à Lavigny, paralysé du côté gauche, essentiellement la jambe. Waldemar Schapfl a été opéré pour la troisième fois de la hanche droite. Plusieurs d’entre nous ont des bobos et quelques-uns ont subi des interventions médicales. Ils sont à nouveau sur pied.

Il y a cette année un nonagénaire, soit Marcel Amiguet (le 27 mai). Nos octogénaires sont : Victor Corradi (en mars), Gilbert Cardinaux (en avril),  Elda et René Vittoz (en avril).
Il y a eu trois décès en 2015, soit : Lisette Miéville (en mai), Willy Hirsiger (aurait eu 80 ans cette année) et Roland Degoumois (en août) mais il avait démissionné en raison de l’Alzheimer. Quelques instants de silence sont observés en leur mémoire.
Nous avons eu la démission de Josiane Degoumois, suite au dècès de son époux. Elle a depuis déménagé à Orbe dans un appartement protégé.
Il n’y a pas de nouveau(x) membre(s).

 2. Communications
L’assemblée générale des retraités VD/Poste a eu lieu le 14 janvier dernier. Des problèmes de réforme de la Poste ainsi que ceux concernant la relève et la syndicalisation des jeunes ont été débattus. La direction centrale ne tient pas assez compte des retraités, plusieurs femmes ont de ce fait démissionné. Le comité rempile pour une année.
     Le 18 mai aura lieu à Bulle la rencontre nationale des retraités, qui se tient tous les trois ans. La carte de fête est de 50 fr. (avec vin et boissons) mais la caisse prend en charge 30 fr. Le déplacement se fera en car, dont le coût est pris en charge par  la CMID.

3. Procès-verbal de l’assemblée générale du 27 janvier 2015

Il est lu par Rémy Bovey et est accepté, nonobstant deux petites modifications, avec remerciements à son auteur.



4. Rapport annuel du président

Notre président David Bühlmann relate les nombreuses rencontres et sorties qui ont jalonné l’année 2015. En voici les principales :

L’assemblée générale le 27 janvier, avec 29 pers. La fondue le 17 février a réuni 28 pers. La randonnée pédestre en mars avec 12 pers. (oganisateur : René Wenger). En mai, la sortie de printemps à Grand-Fontaine (canton du Jura)  avec 32 participants. En août, nous avons comme d’habitude mangé les traditionnels et excellents filets de perche (avec 33 pers.) au restaurant du Casino de Morges, vraiment une bonne adresse. En octobre, la raclette a vu la participation de 33 pers. En novembre, une autre tradition : la brisolée à Grandvaux avec le Gpiag, où 19 de nos membres étaient présents. En décembre enfin, le repas de fin d’année au restaurant du Port de Pully a réuni 42 pers.
Le président termine son rapport par des remerciements à ceux qui donnent volontiers un coup de main lors des agapes, dont les épouses qui répondent toujours présent dans ces moments.

 5. Rapport annuel du trésorier

Michel commente les comptes qui laissent apparaître un bénéfice de 992 fr. 75.

La fortune se monte quant à elle à 20420 fr. Le cantinier, Michel Reymond nous annonce  un coquet bénéfice de 579 fr. De ce fait, les boissons lors de la fondue du 23 février seront prises en charge.


6. Rapport des vérificateurs

Pierre Pavid, rapporteur, au nom des vérificateurs, relève la très bonne tenue des comptes.
Il remercie notre trésorier pour son travail et suggère de donner ainsi décharge au comité et d’accepter les comptes tels que présentés.



7. Adoption de ces rapports

Ces trois rapports ne suscitent pas de remarques et sont acceptés à l’unanimité.

 8. Nominations statutaires

Du président

Le dévoué David Bühlmann accepte de rempiler pour une année, il est vivement applaudi.

Du trésorier

Notre non moins dévoué Michel Pitton est d’accord de fonctionner pour une nouvelle année. Il est également applaudi.

Des autres membres du comité

Simone Ellenberger, Paulette et Charles Chatelan sont d’accord de rempiler.

Des vérificateurs des comptes Pierre Pavid est sortant. La commission est formée de Gilbert Cardinaux rapporteur et Marcel Martin. René Vittoz est élu suppléant.
Commission des retraités syndicom : Rodolphe Aeschlimann.
Responsable de la buvette : Michel Reymond, suppléant : René Wenger.
Raclette : André Groux. - Procès-verbal : Rémy Bovey.

9. Fixation de la cotisation annuelle
Elle reste toujours fixée à 20 fr.

10. Fixation de l’indemnité au comité pour 2016
C’est aussi le statu quo, soit 800 fr.


11. Propositions individuelles et divers
 André Groux remercie le comité ainsi que les dames toujours disponibles pour un coup de main bienvenu. Rodolphe Aeschlimann nous informe concernant syndicom, suite à la démission de plusieurs personnes responsables à la centrale. De plus, en 2017,  il faudra remplacer le président Alain Carrupt, qui part en retraite.
 Notre président remercie son comité et toutes les personnes dévouées, dont les dames.
 Il est 15 h 30 lorsque le président lève cette assemblée générale.

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Cinquième rencontre triennale
des retraités syndicom du secteur des MEDIAs, à Bulle
Mercredi 18 mai 2016



Chères et chers collègues,
La belle tradition des «rencontres des retraité-e-s» qui a lieu tous les trois ans est maintenue à syndicom. La dernière rencontre de 2013 à Langnau dans l’Emmental en est encore un bon souvenir.
Ainsi, cela nous réjouit, de t’inviter cordialement – avec ou sans accompagnant-e – pour la prochaine rencontre dans le beau pays de Gruyère à Bulle
mercredi 18 mai 2016, Bulle, Restaurant «Les Halles»
La carte de fête (café-croissant, apéro, repas, entrée de musée, etc.) coûte Fr. 50.- (boissons du repas comprises) pour les membres de notre amicale des anciens de Lausanne.
La caisse des retraités de Lausanne a décidé de subventionner cette sortie à Fr. 30.- par participant.
Le solde à payer sera donc de Fr. 20.- par participant et sera encaissé par notre trésorier dans le car.  Merci de préparer le montant exact.
Le transport en car sera payée par notre caisse d’entraide (CMID). Le départ est prévu au parking du Vélodrome à 8 heures précises.
Un programme détaillé sera remis aux membres inscrits après enregistrement dans le délai du 1er mars 2016.
Les membres qui se seraient inscrits auprès de Rodolphe Aeschlimann nous seront transmis. Il n’est donc pas nécessaire de s’inscrire une deuxième fois.
En espérant une bonne participation des collègues lausannois, nous vous adressons nos cordiales salutations.
Pour le comité :
Michel Pitton, trésorier    

Inscriptions:                    
Jusqu'au mardi 1er mars 2016
auprès de notre trésorier Michel Pitton au moyen du coupon
ci-dessous ou par courriel : michel.pitton@formatyp.ch


Inscription pour la sortie triennale des retraités syndicom à Bulle
le mercredi 18 mai 2016

(A  renvoyer jusqu’au mardi 1er mars 2016 à Michel Pitton, Pierrefleur 66, 1004 Lausanne ou par courriel à : michel.pitton@formatyp.ch

Nom et prénom :     

Adresse :     

Je participerai     seul     accompagné de:  

Menu normal  végétarien  diabétique     

Lieu et date:               Signature :

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

2016                             1er  semestre  2015

 

Mardi 26 janvier       

Assemblée générale : Convocation et ordre du jour joints

Mardi 16 février

Assemblée mensuelle :

La Corse et l'île d'Elbe par Waldemar Schäpflmann

Mardi 23 février 
 

Fondue à Saint-Marc

Inscriptions Fr. 15.-  auprès du trésorier Michel Pitton
Tél. 079 212 16 13 ou michel.pitton@formatyp.ch

Mardi 17 mars  
 

Randonnée pédestre :
Inscriptions auprès du trésorier Michel Pitton
   
Mardi 29 mars   

Assemblée mensuelle :

Programme à définir


Mardi 26 avril   

Assemblée mensuelle :
Programme à définir

Mercredi 18 mai 

Rencontre trienale des groupements d'Anciens

à Bulle (Sortie printemps) circulaire suivra


Mardi 31 mai
   

Assemblée mensuelle :
Nous fêtons nos nonagénaires et octogénaires
   
Mardi 7 juin   

Journée dans les bois (refuge de Prilly / Fleur de Lys)

Mardi 28 juin 
  

Assemblée  mensuelle :
Loto.  Crieur : Charles Chatelan

Mardi 28 juillet   

Réunion hors-les-murs (Lac de Sauvabelin)

Mardi 16 août   

Sortie filets de perches à Morges (circulaire suivra)


Adresses utiles   

Président :  

David Bühlmann

Ch. de la Suettaz 5, 1008 Prilly
Tél. 021 624 36 38
   

Trésorier :   

Michel Pitton
Pierrefleur 66, 1004 Lausanne
Tél. 079 212 16 13
Courriel : michel.pitton@formatyp.ch
   
Attention : Les chèques Reka pour les membres ne s’obtiennent plus au secrétariat syndicom  mais se commandent pas téléphone au 058 817 18 18 (droit annuel maximum Fr. 700.-à 7%).
Toutes nos réunions ont lieu à 14 h30 sauf exceptions mentionnées, à la grande salle du Centre paroissial de Saint-Marc (sous le temple), au chemin de Renens 7. Trolleybus No 7.
Nos devoirs :   

Participer à l’activité de l’Amicale
Donner des nouvelles des membres malades
Cultiver l’amitié
Payer sa cotisation annuelle au début de l’année, directement
au trésorier, pour éviter les rappels et les frais postaux   

Le GI des retraité-e-s vous souhaite de


Il vous remercies pour les bons services et votre soutient pendant l'année 2015

Groupement des retraités, section Arc Jurassien, région Neuchâtel et environ

Une visite de la vieille ville de Fribourg pour la dernière course du programme 2015…
Ce 4 novembre, par un temps humide et frais, nous sommes 53 personnes à nous retrouver au restaurant « Rasthof Paltanenhof » près de Gampelen pour déguster un bon café croissant. Ensuite, direction Fribourg où nous attendent nos guides Pierre Savary et Michel Sulger et … le soleil.
Après les salutations d’usage, le groupe est partagé en deux et chacune et chacun suit son guide. C’est par une petite leçon historico-géographique que la visite commence.
Située à environ 600 mètres d'altitude, la ville de Fribourg est caractérisée par un relief très accidenté. Le point le plus bas de la ville (au bord de la Sarine) est à 541 mètres d'altitude tandis que le point le plus haut (la colline du Guintzet) culmine à 691 mètres. Le centre historique de Fribourg, qui s'étend des deux côtés de la Sarine et sur un méandre de la rive gauche, se caractérise par des rues typiquement médiévales, notamment dans le quartier du Bourg autour de la Cathédrale St-Nicolas et dans les quartiers de l'Auge et de la Neuveville. Près de 200 maisons ont d'ailleurs conservé leurs façades gothiques, ce qui en fait l'un des plus grands ensembles médiévaux d'Europe.  
Fondée en 1157 par le duc Berthold IV de Zaehringen, la ville de Fribourg occupe une position stratégique. C’est pour assurer la défense de ses terres que le duc édifie une ville fortifiée. Il choisit donc comme emplacement une terrasse surplombant la Sarine, naturellement protégée par des falaises et des ravins.
L’intérêt du site est également économique, il offre un passage aisé sur la rivière et se trouve aux carrefours d’importantes voies de communications terrestres et fluviales. La Sarine, alors navigable jusqu’à Fribourg, favorise le commerce. Elle fournit du poisson aux habitants et de l’énergie aux artisans.
 
Fribourg vu du sommet de la Cathédrale    et depuis la vallée de Gotteron
La Cathédrale St-Nicolas
La Cathédrale Saint-Nicolas de Fribourg est construite en molasse, roche sédimentaire abondante sur l'ensemble du plateau suisse. Ce matériau, extrêmement friable et particulièrement sensible à la pollution nécessite des travaux de restauration et conservation en continu.
Cet ouvrage ne s'est pas assemblé rapidement. Entre 1182 et 1490, douze générations d'architectes se sont relayées afin de parvenir au terme de la création de cette église gothique qui tient une place importante dans le patrimoine architectural de la Suisse.
La première pierre fut posée en 1157 par le Duc Berthold de Zähringen tandis que les travaux débutèrent réellement en 1283 par un chœur rectangulaire, qui fut remplacé, au XVIIe siècle, par un chœur gothique attardé. Ce n'est que vers 1344 que furent terminés le vaisseau à 3 nefs et le triforium, tandis que la façade frontale, avec porche profond, hall et rose à l'étage fut achevée au XVe siècle.
La tour frontale, haute de 74m et comportant un escalier en vis de 365 marches, possédant un aspect tellement reconnaissable, fut terminée en 1490.
L’église fut élevée au rang de cathédrale en 1924 par l'évêché de Lausanne, Genève et Fribourg.
 

 
    
La visite de la cathédrale terminée, nous nous dirigeons vers la place de l’Hôtel-de-Ville en passant par la rue des épouses. L'hôtel de ville présente une construction de style gothique tardif. C'est là que siègent aujourd'hui le Parlement cantonal (Grand Conseil) et le Tribunal cantonal. L'édifice, commencé en 1501, avait d'abord été conçu seulement comme grenier.
    
La rue des épouses    Place de l’Hôtel-de-Ville
De la place de l’Hôtel de Ville, nous longeons la Grand’Rue et descendons le long de ses arcades jusqu’en haut du toboggan du Stalden. De là, nous plongeons dans le quartier de l’Auge. Un arrêt à Plaetzli et son point de vue pour écouter notre guide nous parler de la Vieille Ville et de ses habitants.
A Fribourg, Basse-Ville rime avec Vieille Ville. Située dans la vallée, la Basse-Ville se compose des quartiers de l’Auge et de la Neuveville, reliés par ses ponts de pierre et de bois entre lesquels serpente la Sarine. La "Basse", c'est des églises et couvents, des ponts et fontaines, mais aussi le berceau d’une culture populaire, le "Bolze". Au fil des siècles, une culture à part entière s'est développée dans la Basse-Ville de Fribourg. Autour d'une langue mélangeant l'allemand et le français, la culture Bolze trouve son expression la plus forte lors du carnaval de Fribourg, d'ailleurs renommé "le carnaval des Bolzes". Parmi les personnalités du monde Bolze, on compte notamment l'ex-coureur automobile Jo Siffert, et l'artiste peintre Hubert Audriaz.
Le funiculaire
Construit en 1899, le funiculaire relie le quartier de la Neuveville au Centre-Ville. Par le simple jeu des contrepoids des eaux usées et sans autre énergie, les deux véhicules s’entraînent mutuellement. Il est aujourd’hui un des derniers témoins des funiculaires d’Europe à fonctionner grâce à cette technique.

 
Le funiculaire    Pont de Berne
Arrivés au bord de la Sarine, nous découvrons le pont de Berne (1653), le seul pont couvert de Fribourg. Nous cheminons le long de la Sarine, découvrant d’autres ponts et paysages.

        
Ponts de Berne et de Gotteron            Remparts et Vielle-Ville
Mais déjà, il est l’heure de reprendre le bus pour aller prendre le repas de midi. Les applaudissements fusent pour remercier Pierre Savary et Michel Sulger qui par leur verve et leurs connaissances ont su captiver leur auditoire et nous donner envie de revenir dans la cité des Zährigen pour y cheminer le longs de la Sarine et du Gotteron afin d’y découvrir d’autres ponts, fontaines ou Musées.
 
Pont du Gotteron        Un auditoire attentif
Arrivés à L’Auberge de Lavapesson à Granges-Paccot, un copieux repas nous attendait. Repas qui comblait une petite faim. Après le dessert, notre président Gabriel Cuany nous annonce la visite de, Claude Kemm, membre du GI Retraités National. Ensuite Gaby passe la parole à Lucien Weber. Ce dernier, président de la Chorale Poste « La Neuchâteloise » nous invite au repas concert de la chorale le 29 novembre et si nous le désirons, rejoindre le groupe de chant. C’est par une aubade donnée par les membres de la chorale que ce termine notre arrêt repas.

Une partie de la Chorale Poste « La Neuchâteloise » dans ses œuvres
L’après-midi étant libre, chacune et chacun vaque à divers occupations passant de la visite des temples de la consommation, aux ballades au chœur de la vieille ville en testant le funiculaire,  etc.
A 16h45, nous nous retrouvons derrière le théâtre Equilibre pour le retour. Nous avons été gratifiés d’une journée magnifique et ce n’est pas le fait d’avoir été coincé dans un bouchon qui a entamé la bonne humeur des participants.  Un grand merci aux organisateurs, plus particulièrement à Jacques et à notre chauffeur.
Adrien Mercier

GI retraités Est-vaudois/Valais romand

Astronomique…

Le 22 octobre dernier, le GI retraités Est-vaudois/Valais romand s’est donné rendez-vous dans la capitale du Vieux-Pays, Sion.

 

 

 

Une quinzaine de participants ont eu la chance de pouvoir visiter l’hôtel de ville. Cette magnifique bâtisse de 1665 comprend plusieurs salles magnifiques, richement décorées de boiseries et lambris d’époque. Parmi une collection de pierres gravées de l’ère romaine se trouve celle du préteur Poncius Asclepiodotus, ornée d’un chrisme et datée de 377, qui est la première inscription chrétienne retrouvée au nord des Alpes.

 

 

Sous la tour du bâtiment se trouve le but ultime de notre visite: l’horloge astronomique. Celle-ci a été conçue par un horloger de Saint-Gall, Marc Spätt, et réalisée avec l’aide du lausannois Hans-Jacob Källi en 1667-1668.

 

 

 

Les explications expertes que nous ont données les deux sympatiques gouverneurs de l’horloge (nommés par la Bourgeoisie) Joël Ambord et Christian Gaillard sur son fonctionnement (phases de la lune, signes du zodiaque, etc.) nous ont passionnés.

 

 

Joël Ambord et Christian Gaillard

 

Après ce moment culturel intense (!), il fut fait place à la détente au carnotzet « Les Amis de la Trappe » ou Marco Schmelzbach nous a concocté un apéro comme seuls savent le faire les Valaisans.

 

 

S’ensuivit une fondue ba-chi-bou (bacchus-chinoise-bourguignonne) à l’Hôtel du Rhône, découverte gastronomique très appréciée par tous les participants et qui clôtura de façon magistrale cette belle journée.

Nous remercions donc nos collègues Bernard Pistoletti pour la parfaite organisation, et Rodophe Aeschlimann, du comité du GI retraités, pour les « nouvelles de Berne » qu’il nous a apportées.

 

M.Ch.

 

Autres photographies:

 

 

 

Séminaire national du groupe d'intérêt des retraités Syndicom en terre vaudoise

Inscrit dans les convenances, à chaque période automnale, le GI des retraités porte réflexion sur la situation syndicale, politique et bien entendu du service des rentes.

Le millésime 2015 de ce séminaire a été organisé par le groupe des retraités Vaudoise Poste, dans la charmante petite ville de Morges. A ce titre, c'est une quinzaine de délégués qui ont convergé sur les rives du Léman. En marge d'une animation culturelle au musée du château local et d'une réception  municipale au cellier de l'Hôtel de Ville, l'ordre du jour comportait en marge des points statutaires, le débat sur l'opportunité d'envisager des actions ou autres réactions épidermiques animé par notre président de groupe, Bernard Faillettaz. Autre intervenant dans le cadre des débats, Eric Voruz, encore Conseiller national, a développé le thème «Prévoyance vieillesse 2020», appelé populairement «Plan Berset», et, le plénum a débattu particulièrement de politique syndicale interne. 

 

 

Eric Voruz                                                          Bernard Faillettaz

 

Démission de Bernadette Häfliger-Berger, vice-présidente Syndicom et représentante des retraités au niveau du Comité Directeur. Le GI des retraités a été consterné par ce départ prématuré, l'assemblée a fait savoir au comité directeur de Syndicom son mécontentement, sachant que des cogitations malhonnêtes à un haut niveau en sont la cause. A Syndicom, on n'aime pas les têtes qui dépassent, pour preuve, le nombre anormal de départs et autres démissions-fleuves ces derniers temps au sein de l'organisation, révéle un réel malaise.

Des dirigeants faîtiers peu scrupuleux, ayant eu peur que cette dernière soit portée à un poste plus élevé, ont agit de manière inconvenante et peu scrupuleuse!
Les sections et les groupes d'intérêts devront exiger une profonde réforme sur la forme et dans le choix de nos dirigeants pour l'avenir, car, le fonctionnement administratif et financier de notre syndicat en ce moment, est très aléatoire. Nous allons à ce jour, droit dans le mur. Une résolution a été élaborée par le GI retraités dans le but d'obtenir dialogue et explications. Affaire à suivre...

 

 

Le GI des retraités constate une fois de plus, l'inertie dans le développement et la politique revendicative syndicale concernant les rentes et autres souhaits d'amélioration pour les retraités. Sachant que ces derniers représentent le tiers des effectifs Syndicom, cette représentativité mérite meilleure attention.

 Le projet intéressant, voir nécessaire, d'une étude sur la nouvelle stratégie Syndicom 2020 semble ne pas convenir à nos «Pontes» qui nagent dans la suffisance. Les sections et les groupes d'intérêts doivent exiger de débattre rapidement de ce dossier, qui seul, peut permettre une continuation existentielle. Cela, afin que ce dossier vital ne se retrouve pas au fond d'un tiroir, car notre avenir est en jeu?

Pour conclure, un grand merci à la section, au groupe des retraités Vaudoise Poste et à Eric Voruz pour leur soutien dans cette organisation nationale.

 

 

Alain Michaud

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Repas de fin d’année
au Restaurant du Port de Pully

Mardi 15 décembre 2015


Chères amies, chers amis,
Notre traditionnel repas de fin d’année aura lieu le mardi 15 décembre 2015 au Restaurant
du Port de Pully, rue du Port 7, 1009 Pully.

Transport:        

Bus No 8 direction Paudex-Verrière (arrêt Port de Pully) ou voiture privée (parking à proximité)    

Programme:

11h30    Apéritif offert par la caisse de section syndicom IGE Vaud
12h30    Repas au Restaurant du Port de Pully
 Menu:
Carpaccio de thon, à la tapenade
***
Filets de perche Belle-Meunière
Pommes frites ou vapeur
Sauce tartare
***
Cassata du chef aux fruits des bois
***
Café
Les boissons pendant le repas et les pousse-café sont à la charge des participants.                
Prix du repas:  

Fr. 50.00  pour les membres
Fr. 55.00  pour les accompagnants
Le montant de votre participation sera encaissé sur place.
Merci de préparer le montant exact
Inscriptions:

Jusqu'au mardi  8 décembre 2015
auprès du trésorier Michel Pitton au moyen du coupon ci-dessous ou par courriel: michel.pitton@formatyp.ch

Inscription pour le repas de fin d’année au Restaurant du Port de Pully, le mardi 15 décembre 2015
 (A  renvoyer jusqu’au mardi 8 décembre 2015 à Michel Pitton, Pierrefleur 66, 1004 Lausanne ou par courriel à : michel.pitton@formatyp.ch

Nom et prénom :     
Je participerai

seul(e)

accompagné(e) de :          
Lieu et date :                   Signature :

Chorale Poste "La Neuchâteloise"

Repas - Concert

Le 29 novembre 2015

 

Chézard-Saint-Martin

Salle de la Rebatte

 

Le programme:

Groupement des retraités syndicom de l’Est vaudois/Valais romand

Chers collègues et amis,
Comme annoncé par mon message du 2 septembre dernier, notre sortie d’automne aura lieu le
 
                        22 octobre 2015 à Sion.

Notre vénéré collègue Bernard Pistoletti nous concocte une visite de l’Hôtel de Ville avec son horloge  astronomique, suivie d’un apéro au carnotzet « Les Amis de la Trappe » puis d’une fondue BA-CHI-BOU (il ne manque que le ZOUC), inédite pour la plupart d’entre nous, à l’Hôtel-Restaurant du Rhône.
Il nous garantit que la facture ne sera pas aussi astronomique que l’horloge…

Rendez-vous donc à 9h30 à la place de la Planta, devant l’Office du tourisme.
Cette place se situe au sommet de l’avenue de la Gare, à 10 min. à pied de celle-ci. Le restaurant se trouve également à 10 min. à pied de la gare.
Les automobilistes peuvent laisser leur voiture au parking de la Planta, ou au parking du Scex à proximité du restaurant.

Horaire des trains
Départ
          Lausanne 08.21           Variantes:  Départ Palézieux 07.43
                       Vevey 08.35                                        Arrivée Lausanne 08.00 voie 70
                        Montreux 08.42                                Départ Lausanne 08.18 voie 3
                        Aigle 08.53                                        Arrivée Sion 09.13
                        Martigny 09.13

Arrivée          Sion 09.26
                                                                                    Départ Bex 08.35
                                                                                    Arrivée Aigle 08.41
                                                                                    Départ Aigle 08.53
                                                                                    Arrivée Sion 09.26              

                                                                                     Départ St-Maurice 08.33
                                                                                     Arrivée Sion 09.08

Je pars après-demain pour environ trois semaines. J’aimerais avoir toutes les inscriptions à mon retour, disons
le 15 octobre.
Par courriel : caval.ch@bluewin.ch        Par poste : Michel Chevallier, av. Nestlé 36, 1800 Vevey.

Mon natel pour la journée du 22 octobre est le 079 565 73 79.

Venez nombreux, qu’on se rencontre pendant qu’on se reconnaît encore!

Bien amicalement.
Michel

                                           BULLETIN D’INSCRIPTION

Je participerai à notre rencontre du 22 octobre 2015.

Nom ___________________________

Prénom _________________________

Adresse _________________________

Téléphone _______________________

Natel  ___________________________

Succès de l'action de l'«Alliance pour des prestations complémentaires décentes»

Le Conseil national ne s'est pas défilé: il veut adapter les maxima reconnus pour le loyer dans les PC

Ce matin, juste avant le débat concerné, l'«Alliance pour des prestations complémentaires décentes» a appelé les conseillers nationaux à enfin relever les montants maximaux pris en compte dans le calcul des prestations complémentaires (PC) au titre du loyer. Cette courte action qui a eu lieu devant le Parlement a été un franc succès.

 



En effet, le Conseil national a peu après décidé d'entrer en matière sur la proposition du Conseil fédéral de relever les montants maximaux pris en compte dans le calcul des PC au titre du loyer. La chambre du peuple a ainsi refusé de suivre les recommandations de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique (CSSS). Une courte majorité avait proposé de renvoyer aux calendes grecques cette adaptation qui n'a que trop tardé.

Il faut savoir que les maxima n'ont plus été adaptés depuis 2001, alors que les loyers ont augmenté en moyenne de 21 % pendant la même période ; cette politique de l'atermoiement contraint les personnes concernées à économiser sur leurs frais de nourriture et leurs autres dépenses personnelles. C'est inacceptable. Le Conseil national s'en est rendu compte il y a 4 ans et a demandé au Conseil fédéral (CF) de corriger cette situation. Le CF a élaboré un projet pour relever ces montants de manière différenciée selon les régions.

Une «Alliance pour des prestations complémentaires décentes» s'est donc constituée face à cette politique inacceptable et insensible. Elle regroupe des organisations de retraité-e-s, de personnes handicapées, l'association des locataires et des syndicats. Ce matin, elle a mené une action sur la place Fédérale sous le slogan «Pour vivre dans la dignité - Pour des prestations complémentaires décentes» juste avant les débats portant sur ce projet. L'alliance a appelé les conseillers nationaux à ne pas suivre les recommandations de la commission. Il serait intolérable que les personnes concernées doivent encore plus longtemps se serrer la ceinture. La chambre du peuple doit accepter la proposition du Conseil fédéral dans son intégralité et ainsi assurer aux membres les plus faibles de notre société une aide très concrète et vitale.

L'«Alliance pour des prestations complémentaires décentes» continuera à s'engager à l'avenir. Elle combattra avec détermination tout démantèlement dans les prestations complémentaires.
L'«Alliance pour des prestations complémentaires décentes» rassemble :

    Agile - Les organisations de personnes avec handicap
    l'Association de défense et de détente de tous les retraité(e)s et des futur(e)s retraité(e)s (AVIVO)
    Femmes protestantes en Suisse (FPS)
    Grossmütter Revolution
    l'Association suisse des locataires (ASLOCA)
    l'Union syndicale suisse (USS)
    Travail.Suisse
    la Fédération des associations des retraités et de l'entraide en Suisse (FARES)

 

Texte et photographie USS

Visite de la Saline Royale Arc et Senans et dégustation au domaine de la Pinte (Arbois)

C’est à la patinoire de la Chaux-de-Fonds, aux aurores ce mercredi 17 juin 2015, que les premières personnes montent dans le car de la maison Favre de Rochefort pour la sortie des retraités Syndicom  de l’Arc Jurassien.

Notre chauffeur nous conduit tout d’abord à Malviliers, ensuite à la gare de Neuchâtel et enfin à Colombier où sont chargés les derniers des 47 participants à notre course. Tout le monde est présent, à l’heure prévue.

Nous voilà partis direction Val-de-Travers où le soleil joue à cache-cache avec les brumes matinales, puis  les Verrières et la frontière, ensuite Pontarlier et Chaffois où un café croissant nous attend. La pause passée, nous reprenons la direction d’Arc et Senans en passant par Salins les Bains, ville réputée pour ses thermes et… l’architecture de son Casino.

La Saline Royale

Arrivé à Arc et Senans, la visite guidée peut commencer. Manufacture destinée à la production de sel, la Saline Royale a été créée par Louis XV et construite entre 1775 et 1779, soit 10 ans avant la Révolution Française. Elle est le chef-d'œuvre de Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806), architecte visionnaire du siècle des Lumières.

La Saline Royale fonctionnait comme une usine intégrée où vivait presque toute la communauté du travail. Construite en forme d'arc de cercle, elle abritait les lieux d’habitation et de production, soit 11 bâtiments en tout  depuis la maison du directeur, les écuries, les bâtiments des sels en passant par la tonnellerie, le bâtiment des gardes, la maréchalerie.

Le processus de fabrication du sel était particulièrement compliqué si l’on tient compte du fait que la matière première se trouvait à une vingtaine de kilomètres d'Arc et Senans. Partant du principe qu'il était plus facile de « faire voyager l’eau que de la voiturer en passant par la forêt », des canalisations souterraines en bois permettaient de faire venir la saumure (eau salée) depuis son lieu d'extraction, Salins. Quant au combustible nécessaire à sa cuisson, on le trouvait en périphérie, dans la forêt de Chaux, plus grande de France à cette époque. Une fois acheminée sur place, la saumure était chauffée dans des grandes poêles pour procéder à l’évaporation de l’eau. Le sel ainsi recueilli était vendu en grains ou moulé en pains selon sa destination. 

La saline peine à entrer dans une phase de production industrielle et rentable, en raison de la concurrence des marais salants. Devenue obsolète avec l'apparition de nouvelles technologies, elle ferme ses portes en 1895. Le rêve d'achèvement d'une manufacture, conçue à la fois comme une demeure royale et une nouvelle ville, prend fin. Abandonnée, pillée, endommagée par un incendie en 1918, on commençait même à faire le commerce de ses pierres, lorsqu’en 1927, le Département du Doubs en a fait l'acquisition la sauvant ainsi de la ruine. Trois campagnes de restauration successives achevées en 1996 par le réaménagement des espaces verts, lui redonnèrent son éclat. Aujourd’hui, classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO depuis 1982, la Saline Royale d’Arc et Senans  est un témoignage rare de l'histoire de l'architecture industrielle.

La visite des bâtiments et jardin est très intéressante, l’exposition sur le travail et les visions de l’architecte Claude-Nicolas Ledoux fort captivante mais déjà l’heure du repas approche. Dans une des salles, un menu fort bien présenté et très gouteux nous attend, menu qui ravit à la fois les yeux et les papilles et comble les estomacs. Nous profitons encore de quelques instants pour visiter les jardins ou revoir un bâtiment et c’est l’heure de reprendre la route direction Arbois pour la visite de cave et la dégustation.

 

 

Les Salines Royales: une partie des bâtiments  et la maison du Directeur

 

Domaine de la Pinte

Le domaine c’est 34 ha de vignes plantées sur les terroirs d’Arbois et de Pupillin, rehaussés par les marnes bleues du lias qui se profilent d’Arbois à Château Chalon, à une altitude de 400 mètres. Depuis 1999 la viticulture y est biologique.  La présentation des cépages et des vins du Jura se fait dans une magnifique cave voûtée. Les explications techniques de l’élaboration des vins et de l’élevage du célèbre vin jaune sont données devant un fût transparent. Ensuite, nous passons à l’étage pour la dégustation de quelques vins et d’un verre de macvin.

 

 

Pour mémoire le Macvin-du-Jura est élaboré à partir du jus de raisin non fermenté, le moût, auquel on intègre un tiers du marc. L’eau de vie de marc, justement utilisée pour sa fabrication, provient de la distillation du marc du Jura.

Ce vin de liqueur est élevé ensuite minimum 12 mois en fûts de chêne. Il doit présenter un taux entre 16° et 22°C d’alcool pour obtenir l’AOC. Il peut être rouge ou blanc, à partir des cépages jurassiens pinot noirpoulsardtrousseauchardonnay et savagnin.

C’est à regret que nous quittons le domaine de la Pinte et ses délices pour reprendre la route direction la Suisse.  Le soleil, qui nous a accompagné, toute la journée darde ses derniers rayons dans les rochers, enluminant le Val-de-Morteau, ajoutant encore de belles images à cette magnifique course. Un grand merci aux organisateurs et à notre chauffeur.

Adrien Mercier

 

Autres photographies:

Groupement des retraités, Section Arc Jurassien, Région de Neuchâtel et environs

Course du 2 septembre 2015 aux Grottes de Vallorbe

Partis en début de matinée par un temps d’automne frais et sec avec quelques rayons de soleil, nous sommes 46 personnes à nous retrouver au restaurant du Mont-d’Orzeires vers 9 h pour un excellent café-croissant. Situé au pied de la Dent de Vaulion, le restaurant possède un parc animalier « Juraparc » avec des ours, des loups et des bisons d’Amérique. Après cette halte agréable, nous partons pour les Grottes de Vallorbe, notre objectif principal du jour. Du parking, une petite marche nous amène à l’entrée au pied des falaises. Une fois entrés, nous attaquons les escaliers pour descendre dans la Grotte. Après une longue descente, nous atteignons l’Orbe qui prend sa source au Lac des Rousses et ressurgit au fond des Grottes. De nombreuses et superbes stalactites et stalagmites témoignent de l’ancienneté de l’endroit et produisent une impression féérique.

 

Ce sentiment est encore renforcé par le magnifique spectacle son et lumière qui nous est proposé avec notamment la chanson « Granada » bien connue. Le lieu est enchanteur et semblable à une cathédrale avec des dimensions impressionnantes et de grande qualité phonique. Notre collègue Joaquim Tavares, très inspiré par ce lieu magique, nous interprète de manière spontanée et de sa voix puissante et superbe une deuxième fois le même extrait de « Granada ». Nous sommes encore sous le charme ! Un grand merci à Joaquim pour sa prestation imprévue,  mais tellement réussie ! Une fois remontés à la surface,  en toute sécurité car les aménagements sont parfaits, nous nous rendons au restaurant l’Aurore à Le Pont pour prendre le repas de midi au bord du Lac de Joux. Vers 16 h, après un bon repas et le plaisir de se retrouver entre amis, c’est le retour par La France, Les Verrières et le Val-de-Travers. En conclusion, chaque participant a vécu une superbe journée.

Au nom du Groupement des retraités,
Section Arc Jurassien, Région de Neuchâtel et environs

Otto Hurni

Coup de gueule!

Savez-vous ce qu’est le projet TISA (Trade in Services Agreement)? Je l’ai appris ce matin en lisant la dernière page du journal Syndicom du 28 août 2015. En fait, il s’agit d’un accord de libre-échange sur le commerce des services, en négociation depuis 2012 et tenu plus ou moins secret jusqu’en juin 2014. Révélé par Wikileaks, il échappe à l’OMC (Organisation mondiale du commerce) et concerne  52 pays dont les États-Unis, toute l’Union européenne et d’autres puissances économiques comme le Japon, la Turquie, le Canada, l’Australie ou le Mexique Le Brésil, la Russie, et bien entendu la Suisse.  Le but poursuivi : démanteler les barrières aux échanges concernant tous les services. Ce qui comprend les transports, télécommunications, services financiers, mais touche aussi à l’eau et l’éducation par exemple. Il s’agit en fait de libéraliser l’ensemble des services qui ne sont pas directement des services des Etats (diplomatie, police, armée). La Poste en fait bien sûr partie. Nous sommes donc bien arrivés au stade final de la libéralisation des services publics, donc de l’ultra-libéralisme.  Ce qui m’étonne, c’est la passivité des syndicats! Pas de prise de position! Pas d’éditorial enflammé! Pas de mobilisation! Sont-ils tétanisés? Ont-ils peur (de quoi) ? Pensent-ils que cette évolution est inéluctable ? On nous propose une entrée en discussion, pas davantage…. ! Bien, mais je rappelle que quand le train est passé, il est déjà trop tard pour l’arrêter ou le diriger sur une autre voie… !

Au nom du Groupement des retraités de la section Arc Jurassien
Région de Neuchâtel et environs:
Frédéric Jeanneret

«L’humain n’est plus au centre»

Portrait paru dans le journal Syndicom N° 8  28 août 2015

«Depuis l’été dernier, Edi Zengaffinen» est à la retraite. Il avait déjà quitté son emploi à La Poste une année auparavant. Jusqu’aux examens de fin d’apprentissage de 2014, il a néanmoins continué à enseigner la logistique au centre de formation professionnelle et continue à Lyss, où il a marqué des générations de postiers et postières. Il est membre du syndicat depuis 1968
Originaire du Valais, Edelbert, surnommé Edi, a travaillé une année comme coursier à Alusuisse après l’école obligatoire. En 1967, il postule comme facteur à la Schanzenpost à Berne. Une demi-année plus tard, il commence son apprentissage au service d’expédition des lettres (comme fonctionnaire en uniforme). Suivent quatre mois au centre courrier et au service de distribution, puis à la poste ambulante. Il y reste plusieurs années encore après son apprentissage – interrompu seulement par l’école de recrue et des tournées de remplacement occasionnelles.


ENTRAIDE
«J’ai passé mes plus belles années à la poste ambulante! Nous parcourions toute la Suisse et assumions une grande responsabilité», se rappelle-t-il. Il y avait une très bonne ambiance. Tout le monde savait que le tri devait être effectué dans un certain délai et on devait donc s’entraider. «A Lausanne, Zurich ou Saint-Gall, où le train restait parfois jusqu’à deux heures en gare, nous allions boire un verre», raconte Edi. Mais après que les CFF ont introduit l’horaire cadencé, le rythme de travail a changé : « Les pauses sont devenues toujours plus courtes. Et en 2004, la poste ambulante a été supprimée en Suisse.» Après avoir suivi plusieurs perfectionnements au sein de l’entreprise, Edi devient en 1988 instructeur / formateur d’apprentis à la direction d’arrondissement postal (DAP) de Berne. Il organise les cours d’introduction, enseigne les branches générales et les matières spécialisées. Deux cents élèves étaient alors formés chaque année dans son domaine de compétence.

 

Photographie: Margareta Sommer


AIDER À TROUVER SA VOIE
En 1998, la profession de fonctionnaire en uniforme est reconnue par l’Office fédéral de l’industrie, des arts et métiers et du travail (OFIAMT) (aujourd’hui - Office fédéral du développement économique et de l'emploi OFDE). Dès lors, les apprenti·e·s de La Poste ne sont plus formés au sein de l’entreprise, mais par les écoles professionnelles cantonales. « J’ai eu la chance d’avoir été engagé comme formateur et enseignant spécialisé de La Poste, précise Edi, et donc de travailler à temps partiel pour deux employeurs: la Poste et le Canton. » Il a gardé cette double casquette jusqu’en 2013 – l’année où il a décidé de se mettre à la retraite à 30 % en quittant La Poste. Depuis l’été 2014, il est aussi enseignant retraité. « Je garde de bons souvenirs. Pendant vingt-trois ans, j’ai accompagné de nombreux jeunes dans leur formation et les ai aidés à trouver leur voie. Et La Poste a toujours été un bon employeur pour moi. » Edi est affilié au syndicat depuis 1968. Il a d’abord été membre de l’Union PTT, puis du Syndicat de la Communication et enfin de syndicom. «J’ai toujours fait partie des rassembleurs, afin d’inciter les gens à venir aux assemblées pour exprimer leurs critiques ! Mais certains se contentent de réclamer sans vouloir s’engager pour une cause. Or sans soutien des employé·e·s, les syndicats ne peuvent pas lutter. Et les augmentations de salaire et les allocations, à qui les devons-nous – si ce n’est aux syndicats?»


NOUVEAUX PROCESSUS DE TRAVAIL

Depuis les débuts d’Edi comme facteur, beaucoup de choses ont changé : «Sur le plan professionnel, il faut s’adapter à de nouveaux processus de travail, ainsi qu’à de nouvelles prestations. Et sur le plan humain aussi, je constate des changements. L’être humain n’est plus au centre de l’attention. Les relations avec la clientèle en pâtissent également. Les facteurs devraient avoir le temps de discuter un moment avec les gens. Et ne pas toujours être à la bourre!»

La transformation de la Poste a été dictée par la privatisation et la globalisation. «Tout le monde est concerné», reconnaît Edi. «Aussi bien les chefs que les apprenti·e·s. Et la formation a elle aussi changé.» La profession a été renommée plusieurs fois. «Quelles personnes âgées savent que l’on parle aujourd’hui de ‹spécialistes de la logistique›?» Malgré tout, Edi est sûr d’une chose: «La majorité de la population soutient notre Poste.»

 

Katrin Bärtschi *
* Factrice et auteure free-lance. Son site : www.briefkraehe.ch  

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

 Programme 2e  semestre  2015


Mardi 15 septembre    

Randonnée pédestre : Parcours préparé par René Wenger.

Rendez-vous à 14h Gare du Flon

Inscriptions auprès du trésorier Michel Pitton jusqu’au jeudi 10 septembre 2015

Mardi 29 septembre  

Assemblée mensuelle :

« L’Ile de la Réunion » par Waldemar Schapfl

Mardi 13 octobre
    

Raclette à Saint-Marc
Apéritif à 11h30  
Repas à 12h  

Inscriptions auprès du trésorier M. Pitton, jusqu’au jeudi 8 octobre 2015
 Prix Fr. 15.-.


Mardi 27 octobre 
 

Assemblée mensuelle : Programme à définir

Vendredi 13 novembre 
 

Brisolée à Grandvaux en collaboration avec le GPIAG
Circulaire suivra.

Mardi 24 novembre    

Assemblée mensuelle : «Connais-tu ton pays ?»    Présenté par Charles Chatelan

Mardi 15 décembre  
 

Repas de fin d’année, circulaire suivra

Mardi 5 janvier 2016    

Petit Nouvel An

Mardi 26 janvier 2016    

Assemblée générale ordinaire:

convocation suivra avec programme 1er semestre 2015

Adresses utiles  

Président:

David Bühlmann
Ch. de la Suettaz 5, 1008 Prilly
Tél. 021 624 36 38  

Trésorier:  

Michel Pitton
Pierrefleur 66, 1004 Lausanne
Tél. 079 212 16 13
Courriel : michel.pittonanti spam bot@formatypanti spam bot.ch


Attention:
Les chèques Reka pour les membres ne s’obtiennent plus au secrétariat syndicom  mais se commandent pas téléphone au 058 817 18 18 (droit annuel maximum Fr. 700.- à 7%).
Toutes nos réunions ont lieu à 14 h30 sauf exceptions mentionnées, à la grande salle du Centre paroissial de Saint-Marc (sous le temple), au chemin de Renens 7. Trolleybus No 7.
Nos devoirs:    

Participer à l’activité de l’Amicale
Donner des nouvelles des membres malades
Cultiver l’amitié
Payer sa cotisation annuelle au début de l’année, directement
au trésorier, pour éviter les rappels et les frais postaux    

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Sortie d’été de l’Amicale des Anciens de l’imprimerie

Notre traditionnelle sortie d’été s’est déroulée le mardi 18 août 2015 au restaurant Le Casino, à Morges.

A 10 h 45, six participants montent à bord du Simplon. Ce bateau à vapeur avec roues à aubes a été construit entre 1914 et 1919 pour la CGN. Il a été commandé en 1913 chez Sulzer Frères, à Winterthour. Les travaux ont été retardés par la mobilisation et l’absence de clients pendant la Première Guerre mondiale. La dernière rénovation date de 2010 et 2011.
Après une escale à Saint-Sulpice, nous arrivons au débarcadère de Morges où nous retrouvons les autres participants venus en train ou en voiture.


A 11 h 45, trente-trois personnes sont réunies pour prendre l’apéritif offert par la caisse de l’Amicale et servi dans le parc du restaurant situé face au lac. Un endroit merveilleux: les quais de Morges s’étendent sur plus d’un kilomètre et demi. C’est un cadre enchanteur où ont été plantés environ 2250 dahlias qui rivalisent de beauté de juillet à octobre.

 



Nous prenons le repas au restaurant avec au menu: salade mêlée - filets de perche, pommes frites - dessert et café. Après avoir partagé de bons moments de cordiale amitié, c’est déjà l’heure du retour.

 



A 16 h, la navette de la CGN est prête au départ: elle arrivera à Ouchy vingt minutes plus tard.

Nous avons été gratifiés d’une journée magnifique. Un moment de grand plaisir et l’occasion de revoir et de fraterniser avec les Anciens de l’imprimerie.
Comme dit le proverbe: «On ne change pas une équipe qui gagne.» Le rendez-vous est déjà pris pour 2016. Où? Au restaurant Le Casino, à Morges, bien sûr…

Un grand merci à Michel Pitton pour l’organisation et à notre photographe Rodolphe Aeschlimann.

Joseph Christe, membre de l’Amicale

 

Autres images:

 

 

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Sortie d’été à Morges
Filets de perches
Restaurant «Le Casino»

Mardi 18 août 2015


Chères amies, chers amis,
Notre traditionnelle sortie d'été aura lieu, par n'importe quel temps, le mardi 18 août 2015 au restaurant "Le Casino", Morges (en face du débarcadère CGN)

Déplacement par bateau:
Aller:   

Départ Ouchy    10 h 45
Arrivée Morges   11 h 19
Retour: 

Départ Morges    16 h 00

Arrivée Ouchy    16 h 20    Chacun prend son billet       

Vous pouvez également vous déplacer avec les CFF, en voiture privée ou à pied  

             
Programme
11h45    Apéritif offert par la caisse de l’amicale
12h30    Repas au Restaurant "Le Casino" :
-    Salade mêlée
-    Filets de perches, pommes frites
-    Dessert
-    Café
Les boissons pendant le repas sont à la charge des participants.               

Prix du repas :   

Fr. 40.00  pour les membres
Fr. 50.00  pour les accompagnants
Le montant de votre participation sera encaissé sur place.
Merci de préparer le montant exact.             
Inscriptions :                   

Jusqu'au vendredi 7 août 2015
auprès de notre trésorier Michel Pitton au moyen du coupon

ci-dessous ou par courriel : michel.pitton@formatyp.ch

P.S. Nous vous rappelons notre rencontre hors les murs le mardi 28 juillet à 14h30 au Lac de Sauvabelin. (Déplacement individuel)

Inscription pour la sortie « Filets de perches », à Morges le mardi 18 août 2015
 (A  renvoyer jusqu’au vendredi 7 août à Michel Pitton, Pierrefleur 66, 1004 Lausanne ou par courriel à : michel.pitton@formatyp.ch

Nom et prénom:
Je participerai   

 seul   

 accompagné de:       
Je me déplace   

 en bateau    

 moyen de transport individuel (bus, voiture à pied)

Lieu et date :               Signature :

 

8360 signatures pour «Touche pas à ma boîte»

Le 8 juin, la pétition «Touche pas à ma boîte», munie de quelque 8360 signatures, a été remise au secrétariat du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC). Soutenue par syndicom, cette pétition lancée par Julien Jaquet, de Le Pâquier (NE), a suscité une vaste discussion publique et a donné lieu à une motion au Conseil national. Les dérogations à l’obligation de distribuer le courrier à domicile dans les régions à faible densité de population prévues par l’Ordonnance sur la Poste sont à examiner de manière critique.

Le Conseil fédéral et le Parlement doivent créer des conditions cadres qui garantissent la viabilité financière du service universel que prévoit le mandat de La Poste. Cela d’autant plus qu’une prochaine discussion portera sur la suppression du monopole sur l’acheminement des lettres de moins de 50 grammes. Les prestations dans les régions périphériques seraient encore davantage mises sous pression en cas de libéralisation complète du marché des lettres. (syndicom)

 

 

Légende :

Julien Jaquet (au centre) remet au DETEC sa pétition, qui a remporté un franc succès.

 

Photo: Yves Sancey

 

Autres photographies:

Photographies: R.Aeschlimann

 

 

GROUPEMENT DES RETRAITÉS POSTE ET SWISSCOM FRIBOURG ET ENVIRONS

Assemblée générale

C’est à Marly, au restaurant de la Gérine, le mercredi 25 février à 14 h 15, que s’est déroulée notre assemblée générale annuelle avec 53 participant·e·s. En l’absence de président, André Burgy, membre du comité, ouvre l’assemblée en invitant les membres à observer un instant de silence en mémoire des personnes décédées dans le courant de l’année. Il salue les invités présents, Alain Carrupt, Gabriel Cuany (Arc jurassien), Bernard Faillettaz (Vaudoise Poste), Alain Michaud et François Ducrest, secrétaire régional à Fribourg.

Aux points 1 et 2 de l’ordre du jour, Pierre Savary, ancien président, mais toujours actif au comité, lit le procès-verbal de l’assemblée générale de 2014. Il poursuit et maintient l’attention de l’auditoire en faisant un rapport sur la situation pas très positive du monde actuel.

Le caissier Francis Chassot présente les comptes qui se soldent par un déficit de plus de Fr. 1300.–. Pour remédier à ce découvert chronique, le comité est en discussion avec le comité de la section fusionnée P+T pour récupérer environ 1 fr. par membre retraité sur les 2 fr. que la section reçoit en retour de la centrale de Berne. Le montant maximum annuel demandé est de

Fr. 3000.–. Le projet est présenté à l’Assemblée qui y souscrit à l’unanimité. La cotisation annuelle de 15 fr. par membre reste inchangée.

Le comité actuel de 4 personnes est réélu par acclamation, mais nous sommes toujours à la recherche d’un·e· président-e· et d’un-e· secrétaire, c’est urgent! Jean-Marie Baechler, responsable des manifestations, nous présente la sortie et visite de 2015. Le 13 mai, visite d’ELSA à Estavayer-le-Lac. Le 9 septembre, sortie en car vers Morgins – Lindarets (France) – repas – Thonon (bateau) – Lausanne – Fribourg.

L’assemblée se termine à 16 h 30, suivie d’une collation prise dans la bonne humeur.

 

André Burgy

 

Photos: Jean-Marie Baechler

 

 

Organes centraux dans la ligne de mire!

Les lectrices·lecteurs du dernier syndicom le journal auront remarqué que, lors de la récente conférence des présidents du GI Retraités, l’Assemblée a soutenu la proposition de la section vaudoise Poste de revoir les conditions d’octroi des chèques REKA aux membres retraités. Rappelons que la revendication demande que le montant annuel passe de 700 à 1000 fr., avec un rabais de 10 %. Le même compte rendu rappelle que «30 % des membres de syndicom étaient à la retraite en 2014». C’est dire l’importance de cette catégorie, dont la revendication se veut particulièrement mesurée face aux services rendus aux actifs, services qui sont volontiers soulignés dans le journal syndical ou lors d’assemblées générales. Sans oublier l’importance de la contribution financière des aînés à la bonne marche du syndicat!

Il faut maintenant souhaiter que l’appui donné par l’ensemble des délégués à cette revendication incite les organes syndicaux centraux à l’examiner positivement dans les meilleurs délais.

Une entrée en vigueur en 2016 comblerait les retraité·e·s de satisfaction! En effet, l’emploi de plus en plus généralisé des chèques REKA apparaît dans les statistiques de l’institution.

C’est dire si ce mode de paiement est apprécié. De plus, à l’heure où la compensation du renchérissement s’éloigne de plus en plus de l’horizon, la mise en oeuvre de cette revendication apporterait aux aîné·e·s un signe tangible d’empathie. Alors, soyons confiant-e-s!

 

Rémy Addor

Quand les «anciens apprentis» se rencontrent

Le 28 mai dernier, 14 retraités du GI Est vaudois/Valais romand sont «retombés en adolescence» à l’atelier-musée encre & plomb à Chavannes-près-Renens.

 

 


Caractères en plomb dans les casses en bois, linotype, presses typo (y compris une presse en bois style Gutenberg 15e siècle) et reliure artisanale, tout était en place pour transporter notre petit groupe plus d’un demi-siècle en arrière, au temps de l’apprentissage.

 

 

C’est avec une bonne humeur empreinte de nostalgie que chacun, sous la houlette amicale et compétente des «experts» du musée, a pu retrouver les gestes et les attitudes appris de ses aînés il y a… bien longtemps.

 


Cet atelier-musée, conduit de main de maître depuis plus de quinze ans par une équipe de «mordus», vaut vraiment le déplacement. Ses nombreux visiteurs ne sont pour la plupart pas du métier et découvrent avec étonnement et grand intérêt les techniques d’avant l’électronique et la digitalisation. Le site www.encretplomb.ch est à la disposition de tous les intéressés.

 


Après nous être trempés avec délices dans le passé, c’est dans le bouillon que nous avons trempé nos fourchettes garnies, la traditionnelle fondue chinoise ayant été servie dans l’atelier lui-même. Tout cela grâce à la disponibilité et à l’entregent de l’équipe du musée, et à la compétence du traiteur Morier de Prilly. La convivialité et la bonne humeur mêlées à l’odeur de l’encre, ce cocktail a fait le bonheur de tous les participants.

Tout le monde s’est finalement souhaité un bon été, en attendant notre prochaine sortie en octobre.

 

M.Ch

 

Autres photographies:

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Sortie de printemps 2015
C’est par une belle journée de mai, vers 8 h, soit un quart d’heure (vaudois) après l’heure prévue, qu’a lieu le départ (avec 31 personnes) en car, depuis le parking de la Pontaise en direction du lointain mais si beau canton du Jura. Nous avons attendu, en vain, l’arrivée de J.-D. Mützenberger, (Le Mutz) qui s’était trompé d’heure ! Le but de cette course : Grandfontaine, en Ajoie et son Musée agricole. Nous nous dirigeons en direction d’Yverdon et Neuchâtel, son lac, le long duquel nous pouvons admirer ses très beaux coteaux et vignobles. Le premier arrêt a lieu à la Vue des Alpes, pour le café-croissants.

 

La visibilité de ce splendide panorama est quelque peu atténuée, à cause de la brume. Puis nous continuons en direction de la Chaux-de-Fonds, Le Noirmont, Porrentruy.  Puis c’est l’arrivée au Musée, à Grandfontaine.

Le responsable Monsieur Bernard Vuillaume, nous souhaite une cordiale bienvenue. 

Après une introduction sur l’origine du musée, il nous fait une visite  guidée des tracteurs, rutilents, qui occupent une bonne partie du rez-de-chaussée. Toutes les marques emblématiques suisses, dont le fameux « Vevey » qui fut fabriqué aux ACMV, ou le Hürlimann, entre autres, sont présentes, et bien sûr aussi de nombreux modèles étrangers.

 

 

C’est grâce à quelques passionnés que ce musée a vu le jour ;  la rénovation et l’entretien des tracteurs est réalisée par des bénévoles, et le musée vit grâce aux nombreux donateurs et à un subside. Ils peuvent aussi organiser des repas pour des groupements. La visite se poursuit à l’étage où sont entreposés une foule de machines, outils et autres objets du passé. Pour certains, d’origine paysanne, et j’en suis un, cela nous a ramené à notre enfance.
Mais foin de nostalgie, Il est l’heure de l’apéro, qui nous est servi au Musée; outre un excellent Fendant, certains ont préféré goûter la spécialité locale, soit la fameuse  bleue» qui, à une certaine période, était prohibée.

 

 

 

Après cela, il est temps de se sustenter. Nous nous rendons donc à l’accueillante Auberge de l’Aigle, sise non loin du musée, où nous est servi un excellent repas; quelques- uns l’ont terminé par une spécialité typiquement jurassienne, soit la délicieuse Dalmassine. Que des bonnes choses ils ont, je vous dis, ces Jurassiens, en plus de leurs magnifiques paysages!
Il faut songer au retour. C’est par Tramelan, Bienne, le Seeland, La Broye, que notre excellent et sympathique chauffeur de Jean-Louis Voyages mous ramène au bercail.
L’organisation parfaite de cette course a été réalisée par Michel Pitton, dont on connaît la compétence et le dévouement.

Rémy

 

Autres photographies:

 

 

 

    

 

 

Que deviendrait la société sans les seniors?

Un ami m’a transmis récemment un diaporama traitant du rôle des aînés dans la société. Je n’hésite pas à vous en donner un très large extrait, malheureusement sans les caricatures qui illustraient et égayaient le texte. Appréciez vous-mêmes!
Si les seniors n’existaient pas, toute prospérité serait vite perdue. Pour les médecins, ce serait un tourment car qui remplirait leur salle d’attente?
Qui, mieux que les aînés, s’y connaît en maux de dos, donnant ainsi du travail aux orthopédistes, aux ostéopathes, aux kinésithérapeutes… créant par conséquent de nombreux emplois ? Pensons également aux problèmes résultant de la faiblesse du cœur, soignés par des cardiologues, des spécialistes vasculaires… et quantité de médicaments. Voilà où part une bonne partie de la pension des seniors!
L’industrie pharmaceutique ne ferait-elle pas faillite s’il n’y avait plus de pensionnés? Fier et héroïque, l’aîné marche avec sa nouvelle prothèse de hanche; sans oublier que la prothèse du genou est en vogue également… de quoi remplir les poches des médecins! Grâce à la cataracte, les ophtalmologues vivent bien également. Et avec eux les opticiens, et même les cliniques ! Sans la nécessité de prothèses dentaires, que deviendraient les dentistes?
Certains seniors jouent au tennis, d’autres au golf, alors que d’autres encore font de la plongée, vont au théâtre/spectacle, etc. Cela fait vivre des jardiniers, divers gardiens, des vendeurs de toutes sortes, des acteurs, des chanteurs!
Sans les aînés, comment les restaurants, les hôtels, les grandes surfaces s’en sortiraient-ils? Ne seraient-ils pas à moitié vides? Et les plages de Majorque? Les bancs publics seraient vite délaissés… si des vieillards alertes ne les occupaient pas! D’autres partent en cure; au retour ils donnent un bon pourboire au chauffeur du car!
Lectrice, lecteur, en puisant dans votre vécu vous pourriez sans doute compléter ce tableau. Il suffit en tout cas pour attester l’importance des seniors dans la société actuelle. Et pour servir de réponse à ceux qui ont tendance à voir dans les aînés… une sorte de boulet qu’il faut bien traîner!


Rémy Addor, retraité

Travailleur de 50ans et plus

Plus de protection pour les seniors

Licenciements, importantes difficultés à retrouver du travail, chômage de longue durée, emplois précaires, détérioration des assurances sociales : l’Union syndicale suisse a brossé un sombre tableau de la situation des travailleurs de 50 ans et plus. Après la table ronde qui a suivi, les premiers résultats sont plutôt maigres. USS
Dans certaines branches, les travailleurs et travailleuses de 55 ans et plus, voire dès 50 ans, sont plus souvent licenciés aujourd’hui que par le passé. Ils ont ensuite beaucoup plus de difficultés que les jeunes à retrouver un emploi, doivent plus souvent accepter des emplois précaires ou ont besoin, une fois arrivés en fin de droit, de l’aide sociale, ce qui provoque des pertes importantes en matière de rentes de vieillesse. Selon Daniel Lampart, le premier secrétaire et économiste en chef de l’Union syndicale suisse (USS), tout cela a pour effet que celles et ceux qui travaillent encore craignent eux aussi toujours plus pour leur emploi.
Contre l’exclusion croissante des travailleurs et travailleuses âgés, l’USS a présenté le 16 avril un programme détaillé de mesures à prendre. Au centre de ces mesures se trouve, selon Paul Rechsteiner, le président de l’USS, la protection insuffisante contre le licenciement: «Si le tabou du licenciement des collaborateurs et collaboratrices méritants de longue date a disparu, il faut alors mettre en place une protection efficace contre le licenciement des travailleurs et travailleuses âgés occupés dans l’entreprise depuis longtemps.» L’interdiction de discriminer doit s’appliquer au recrutement de personnel. Elle exige aussi l’égalité de traitement des travailleurs et travailleuses de 50 ans et plus en matière de position dans l’entreprise, de formation continue et de rémunération. En outre, s’ils sont contraints de recourir à l’aide sociale, l’avoir de 2e pilier des salarié∙e∙s âgés – et donc leur future rente – doit être préservé.

Photo Yves Sancey

Premières mesures timides
La Confédération, les cantons et les partenaires sociaux ont discuté le 27 avril des problèmes des travailleurs et travailleuses âgés lors d’une conférence nationale sur cette question et décidé les premières mesures à prendre. Malheureusement, les résultats obtenus sont nettement inférieurs à ce qu’avait demandé publiquement l’USS (voir ci-contre).
Mais un processus a été mis en marche, qui reconnaît au niveau fédéral la réalité des problèmes et le climat de peur, et permettra d’élaborer des solutions.
Parmi les mesures décidées, l’USS se félicite surtout des suivantes:
• l’engagement pris par les employeurs de publier des offres d’emploi neutres sous l’angle de l’âge ;
• la disposition à étudier de plus près les problèmes de prévoyance des personnes âgées en fin de droit (en cas d’aide sociale, obligation de retirer son avoir du 2e pilier et, une fois à la retraite, pas de perception sous forme de rente) et à mettre au point des mesures sur ces questions;
• les mesures prévues en matière de formation initiale et continue;
• l’examen de la création, dans les cantons de centres destinés aux salarié∙e∙s ainsi qu’aux chômeurs et chômeuses âgés.
(USS)

 

 

Groupement des retraités syndicom de l’Est vaudois/Valais romand


Chers collègues et amis

Comme annoncé par ma missive de mars dernier,

notre sortie de printemps aura lieu le jeudi 28 mai 2015 à Chavannes-près-Renens.

L’objet de notre rencontre est une visite de l’Atelier-Musée encre&plomb. Créé par une bande de mordus du noble art de l’imprimerie il y a une quinzaine d’années, il donne au visiteur l’occasion de retourner vers les années 50/60, soit celles de notre apprentissage.
La visite est très conviviale, conduite par des guides experts très sympathiques.
La traditionnelle fondue chinoise sera d’ailleurs servie dans l’atelier, épicée de l’odeur de l’encre !
Pour ceux d’entre vous qui viendront en voiture, rendez-vous à 9h30 sur le parking du grand centre ALIGRO, av. de la Concorde 6, Chavannes-près-Renens (un GPS peut être utile !), où je me trouverai pour vous conduire en 8 minutes de promenade jusqu’à destination.
Pour les adeptes du train, je vous ai trouvé un horaire, libre à vous d’en choisir un autre, pourvu que vous soyez à 9h30 à la gare de Renens. L’un des gentils organisateurs du musée sera là pour vous accueillir. La promenade depuis là est aussi de 8 minutes.

Horaire de trains
Départ:            

Sion 08.05                
Martigny 08.18
St-Maurice 08.29
Bex 08.35
Aigle 08.42
Montreux 08.53
Vevey 08.59
 
Arrivée Lausanne   09.14 voie 8
Départ  Lausanne   09.21 voie 5

Arrivée Renens                                  09.25
***************************************************

 

Départ Palézieux 09.02

Arrivée Renens                                  09.25

****************************************************

Veuillez bien m’envoyer votre inscription d’ici au lundi 18 mai 2015 par courriel : caval.chanti spam bot@bluewinanti spam bot.ch ou par la poste: Michel Chevallier, av. Nestlé 36, 1800 Vevey en indiquant si vous venez en voiture ou par le train, pour que je puisse organiser l’accueil. Mon natel pour la journée du 28 mai : 079 565 73 79. En espérant vous voir nombreux, et avec mes amicales salutations.

 

Michel Chevallier

 

 

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Sortie de printemps 2015
Grandfontaire (JU)
Visite du Musée Agricole    

    
Mardi 12  mai 2015

Chères amies, chers amis,
Notre traditionnelle sortie de printemps 2015 aura lieu, par n'importe quel temps, le mardi 12 mai 2015 selon le programme suivant :
        
Programme

07h30    Rendez-vous au Parking du Vélodrome à Lausanne
                Déplacement en car Jean-Louis Voyages
07h45    Départ en car par Yverdon, Neuchâtel
09h00    Café-croissant au Restaurant de la Vue des Alpes

 

 


09h30    Continuation du voyage par La Chaux-de-Fonds, Le Noimont, Porrentruy
11h00    Arrivée à Grandfontaine (canton du Jura)

               Visite du Musée Agricole / apéritif au Musée
12h00    Déplacement à l’Auberge de l’Aigle (située à 300 m du musée)
                Repas : Croûte Forestière, Bœuf braisé, légumes, salade, Crème Brûlée, Café
15h00    Retour en passant Tramelan, Bienne, Morat, Payerne
18h30    Arrivée à Lausanne

Prix de la course

Fr. 50.00  pour les membres

Fr. 60.00  pour les accompagnants

Les boissons pendant le repas sont à la charge des participants
Le montant de votre participation sera encaissé lors de la pause-café.
Merci de préparer le montant exact.

Inscriptions : Jusqu'au vendredi 24 avril 2015, auprès de notre trésorier Michel Pitton par courriel: michel.pittonanti spam bot@formatypanti spam bot.ch.

Inscription pour la sortie de printemps au Musée agricole de Grandfontaine (Jura) le mardi 12 mai 2015 par courriel à michel.pittonanti spam bot@formatypanti spam bot.ch

 

  • Nom et prénom
  • Je participerai
  • seul
  • accompagné de
  • Lieu et date
  • Signature
Gabriel Cuany
Vue de l'assemblée
Comité avec dans l'ordre de gauche à droite Adrien Mercier, Gabriel Cuany, Frédéric Jeanneret, Otto Hurni, Lucien Schneider et Annette Persoz
Assemblée avec au premier plan Denis de la Reussille et Jean-François Donzé
Assemblée, vue d'ambiance
Denis de la Reussille
Jean-François Donzé
Roland Gutmann
Assemblée
Jean-Jacques Roth, président de la section Arc Jurassien
Frédéric Jeanneret
Adrien Mercier
Alain Michaud
Fritz Schenk, président Groupement retraités de Bienne
Claude Kemm
Michel Meylan
Pierre Savary
Jean Mentha présente son livre
un oeil des oeils
Joaquim Tavarez et son épouse
Eric Schindelholz
Jean-Pierre Hugenin
Instants de convivialité lors du repas
Rodolphe Aeschlimann, invité

Groupement des retraités de la section Arc Jurassien


Assemblée générale du Groupement des retraités de la section Arc Jurassien à Malvilliers le 18 mars 2015

 

Notre président , Gabriel Cuany, salue les 75 personnes présentes, les différents invités et spécialement M. Denis de la Reussille, Président de la ville du Locle, qui nous fait l’honneur de sa présence. Dans son rapport annuel, il signale que 2014 a été un bel exemple de démocratie directe puisque 12 initiatives ont été soumises aux citoyens. Toutes avaient leur importance, mais j’en retiendrais deux, celle du 18 mai 2014 refusée au sujet de l'instauration d'un salaire minimum et celle du 28 septembre 2014 qui a vu une nouvelle fois le refus de la caisse unique d’assurance-maladie. Si ces deux initiatives n’ont pu se concrétiser, elles ont favorisé de larges débats. A souligner que lors des campagnes, les rapports de forces ne sont pas équilibrés : c’est David contre Goliath vu les moyens financiers engagés par la droite libérale ! Le comité à mis en œuvre l’harmonisation des cotisations, conformément à la décision du congrès. Comme nous avons toujours eu une très bonne collaboration avec la section, il a été décidé, d’un commun accord,  que la cotisation (fr.2) restituée par la Centrale serait gérée par la caisse de section de l’Arc Jurassien en la personne de notre collègue Léo Nobs. Concernant les bons du personnel, La Poste a indiqué que la requête de passer de fr. 200.- à fr. 400.- serait examinée au cours des négociations de la CCT. Nos revendications en faveur d’une compensation du renchérissement sur les rentes ou d’un versement unique ont été rejetées par la Poste et Swisscom. Une résolution destinée à l’assemblée des délégués Syndicom du 29 novembre 2014 a été adoptée à une grande majorité par le congrès. Cette résolution sommait la Poste et Swisscom d’octroyer un versement unique d’au moins frs. 1000.- aux collaborateurs (trices) retraités(es) en raison des bons résultats financiers.

Comme vous le savez, les lois actuelles empêchent les caisses de pensions de compenser le renchérissement si le taux de couverture n'atteint pas au moins 117 %. Il faudra donc malheureusement encore patienter! C’est pourquoi, la résolution appelle les représentants(es) des intérêts syndicaux et les instances politiques à modifier ces conditions-cadres légales, mais douteuses.

Notre invité, Denis de la Reussille, s’exprime sur la situation sociale de la région de Neuchâtel et de sa ville. L’AVS est saine, même si certains peignent le diable sur la muraille. En revanche, il constate une dégradation de la situation sociale dans la région et y voit une bombe à retardement. 10% des habitants de la ville de La Chaux-de-Fonds et de celle du Locle reçoivent une aide sociale contre 8 à 9 % à Peseux. Le record suisse est toutefois détenu par la ville de Bienne. Ce qui est le plus inquiétant, c’est que les salaires payés sont de plus en plus insuffisants pour les familles pour couvrir leurs frais sans l’aide sociale ! Dans la région frontalière, le problème est encore plus marqué en raison de la concurrence des frontaliers au niveau des salaires. La paupérisation s’accentue. Il ne s’agit pas de stigmatiser les frontaliers ou les patrons, mais d’être vigilant. Il n’y a pas de recette miracle, mais il faut exiger une meilleure formation des travailleurs suisses et des contrôles dans les entreprises. C’est notamment le rôle des syndicats. Il y a aussi parfois des problèmes dans l’engagement des personnes car on observe que les décideurs sont influencés dans leurs choix par leur propre situation de frontalier. Il ne s’agit pas de blâmer quiconque, mais de faire respecter les règles établies. La manière la plus efficace est de mettre en place des CCT dans toutes les entreprises.

Notre secrétaire régional, Jean-François Donzé, s’exprime sur son constat de la situation actuelle. Il souhaite une dynamisation des échanges avec les instances dirigeantes Syndicom de manière à renforcer encore davantage l’action de notre syndicat au service des membres. Pour la nouvelle CCT, il la considère comme comparable à celles du privé et acceptable à défaut de mieux. L’absence de capacité de mobilisation du personnel va certainement rendre son rejet difficile, même si on  peut le regretter. Le personnel de La Poste malade est mis sous pression par les cadres et les entretiens successifs de plus en plus pressants et dévalorisants contribuent à la déstabilisation des employés en souffrance. La pétition de Julien Jaquet « Touche pas à ma boîte aux lettres » a rencontré un franc succès qui s’étend à beaucoup de régions, mais la messe n’est pas encore dite ! Les grignotages sur les prestations basiques de La Poste continuent insidieusement et par petite touche. A chacun d’être attentif et de réagir.

Jean-François souligne que l’action de M. Jaquet a engendré 37 pages dans les journaux et des séquences TV. Il aurait souhaité que la direction de Syndicom s’engage davantage car elle a été des plus discrète ! Les enquêtes annuelles sur la satisfaction du personnel sont biaisées en ce sens que les employés savent que les recoupements sont possibles par les responsables. Ceux-ci ont donc peur de donner un avis critique par peur de perdre leur emploi ou d’avoir des ennuis avec leur hiérarchie ! Les résultats affichés par La Poste ne sont donc pas crédibles car ils ne reflettent pas entièrement la réalité!

Les autres invités ont ensuite pris la parole pour saluer l’assemblée. Roland Gutmann, notre président central, apporte les salutations des instances centrales et les siennes.  Jean-Jacques Roth, notre président de section actuel, remercie notre Groupement et en particulier Adrien Mercier et Gabriel Cuany pour leur collaboration efficace au sein du Comité de section. Alain Michaud de la Vaudoise informe que, selon Mme Bruderer, présidente de la Caisse de pensions, il ne faut pas s’attendre à la compensation du renchérissement avant longtemps car les conditions politiques et économiques ne sont pas réunies. Rodolphe Aeschlimann, membre du comité central,  apprend beaucoup de chose en récoltant des signatures pour la pétition « touche pas à ma boîte aux lettres». Il constate que beaucoup d’usagers sont fâchés contre la Poste. Il comprend mieux le stress des facteurs depuis qu’il sait que les scanners ne servent pas uniquement à quittancer les lettres et colis. Rodolphe raconte la fermeture du bureau de poste de Palézieux, ou plutôt son transfert à la gare. La Poste a construit un bâtiment pour y déménager les cases postales, dans la zone industrielle et à deux kilomètres de la gare. C’est là que les clients doivent aller pour retirer les colis. Personne ne s’est soucié des gens qui n’ont pas de voiture. Claude Kemm tire un bilan rapide de l’état des caisses de pensions et cite les degrés de couvertures en % de certaines à fin 2014 (Swisscom 106,6, Crédit suisse 111,6, Migros 116,9, Coop 108,8, CFF 107,3). Globalement, les caisses de pensions vont bien et les rendements sont bons. Michel Meylan apporte les salutations du Groupement des retraités de Genève. Il remercie pour l’invitation et tient à féliciter Jean-François Donzé, notre secrétaire syndical. Il est impressionné par le discours de Jean-François, sa grande détermination et sa force de conviction. Voilà une personne qui pourrait renforcer le secrétariat central s’écrie-t-il ! Pierre Savary de Fribourg indique que la Confédération nous roule dans la farine avec un refus systématique de compenser le renchérissement alors que les moyens sont disponibles. Il se bat depuis longtemps et avec force pour une action musclée. La seule manière de faire avancer les choses serait de collectiver les revendications en se grouppant (tous les syndicats et les forces politiques de gauche, PS, USS, etc).

Le comité est renouvelé par applaudissements avec un membre supplémentaire en la personne d’Adrien Mercier. Notre assemblée s’est déroulée avec une forte participation dans un climat convivial et constructif. A 12 h15, notre président, Gabriel Cuany, clôture l’assemblée et invite à partager l’apéritif offert.

Etabli par:
Frédéric Jeanneret secrétaire
Groupement des Retraités Syndicom
De la région de Neuchâtel et environs

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

L’ascension du Kilimandjaro, présentée par Waldemar Schapfel à l'assemblée mensuelle du 31 mars 2015 à remporté un vif succès.

 

Résumé des étapes:

Safari dans les réserves Amboseli et Tsavo, au Kenya, puis passage vers la Tanzanie pour le Kilimandjaro.

Ascension du Kilimandjaro en 1968:

Départ depuis Marangu, village situé à environ 2000 m d'altitude, sur les hauteurs de la ville de Moshi.

1re étape: départ de Marangu, à travers des plantations, des petits villages d'altitude, puis une forêt vierge. Arrivée à la cabane Mandara, anciennement nommée Bismarckhütte.
Altitude environ 2700 m.

2e étape:  à travers un haut-plateau vallonné pour arriver à la cabane Horombo, anciennement Petershütte. Altitude environ 3800 m.

3e étape:  à travers canyons et ruisseaux, puis un long plateau désertique pour arriver à la Kibo-Hut, à environ 4800 m d'altitude.

4e étape:  Monter vers le bord du cratère, à l'endroit nommé Gilmans-Point, puis encore 3 heures de marche et 300 mètres de dénivelé, pour arriver au point le plus élevé,

le Uhuru-Peak, à 5895 mètres d'altitude.

5e étape:  descente vers la vallée, pour le repos d'une nuit à l'hôtel, puis continuation du voyage à travers le pays et retour.

Le canal du Midi

La Bretagne
Le château de Suilly-sur-Loire
Chalon-sur-Saône
le Canal du Midi
Les vélos de Mme et M. Kohler se trouvent au bord de l'Atlantique à St-Marc-sur Mer arrivée de notre voyage (de la Brévine à l'Océan Atlantique) et lieu où a été tourné le film de Jacques Tati «Les vacances de Monsieur Hulot».
Le pont-canal est celui du lieu-dit Le Guétin. Sur le pont, le canal latéral de la Loire domine l'Allier qui, pas très loin de là, se jette dans la Loire au lieu-dit le Bec d'Allier, à une douzaine de km de Nevers.

 

De tout temps, l’homme s’est installé au bord des cours d’eau. Il a construit des villes et des villages qui, aujourd’hui présentent un intérêt historique évident. Réalisés pour la plupart entre le 17e et le 19e siècle, les canaux étaient prévus pour le transport des marchandises avant l’avènement des voies de chemin de fer et des routes. Aujourd'hui dédiés au tourisme fluvial, ils offrent un patrimoine méconnu qui ravit les esprits curieux et les amateurs de technique ou d’architecture. Leurs ouvrages d’art sont autant d’occasions de haltes intéressantes : écluses et échelles d’écluses, ponts et ponts-canaux, tunnels et ports animés.

Le mercredi 11 février dernier à Malvilliers c’est à une soixantaine de retraités de syndicom arc-Jurassien, que Geneviève et Jean-Claude Kohler de la Brévine ont fait partager et revivre au travers d’une conférence-diaporama le souvenir de trois années de vacances, soit trois voyages à vélo:

  • De la Brévine à Paris, 610 km
  • De la Brévine à l’atlantique, 1231 km
  • De Sète à la Rochelle, 855 km

Randonner à vélo au long des quelques milliers de kilomètres de canaux qui sillonnent les régions de France, est sans aucun doute une expérience passionnante. Lorsque l’on écoute Geneviève et Jean-Claude Kohler, tout parait si simple, si facile! Que d’images, de paysages, que de beaux souvenirs partagés grâce à ce diaporama.

Voilà qui donne envie. Pourtant, avant de se lancer à imiter le couple Kohler, il est bon de parfaire un peu sa condition physique. Le fessier et les mollets sont mis à contribution et un entrainement de quelques semaines est nécessaire, un entretien hivernal recommandé. Même si les canaux descendent vers le bord de mer, il faut tenir les étapes journalières de 60 à 70 km, d’un relais à un autre. Les époux Kohler préparent leurs étapes en fonction des hébergements, ils privilégient les chambres d’hôtes, plus facile pour parquer les vélos en sécurité. Côté technique, il ne faut pas lésiner sur la qualité des vélos et ne pas faire des économies sur les pneus.

Quant à la dangerosité des parcours, elle est toute relative. Une grande partie des routes qui longent les canaux sont d’anciennes voies de chemin de fer converties en pistes cyclables. Même la traversée de Paris se fait en sécurité. Il faut tout de même prêter attention lorsque l’on emprunte les routes départementales, les automobilistes n’accordent pas la priorité aux cyclistes, loin s’en faut. Le parcours le plus difficile était, pour les époux Kohler, le canal du Midi, soit de Sète à la Rochelle. Il n’y a guère de pistes cyclables dignes de ce nom, les routes sont d’anciens chemins de halage du canal. Il est très difficile de regarder le paysage tellement il faut se concentrer sur la chaussée. Eh! Pourtant …

Adrien Mercier

Les retraités Vaudois en assemblée

comité
assemblée
les jubilaires

 

Pour la dernière fois,  notre groupe des retraités section Vaudoise Poste a tenu ses assises au Buffet de la Gare de Lausanne, le mardi 20 janvier dernier. Pour cause de transformations, la salle des Cantons va disparaître avec quantité de souvenirs!

C'est avec un pincement au cœur, que le président Bernard Faillettaz ouvre cette dernière assemblée dans la salle des Cantons devant une assemblée réunissant 135 collègues. Après les salutations des invités et le déroulement des points statutaires, le président fait l'énoncé de son rapport. Ce dernier souligne une fois encore, qu'il n'y aura toujours pas de réadaptation des rentes au renchérissement du coût de la vie! Mais, à cette occasion, les membres présents recevront de vive voix les explications du pourquoi et du comment par la directrice de notre caisse de pension Poste. Bernard fait quelques commentaires sur la source de soucis du plan «Berset» et, demande que notre «Central» soit plus persuasif envers La Poste, afin d'obtenir un peu plus de générosité de sa part pour ses anciens collaborateurs. Il termine par une sympathique nouvelle, la sortie d'été aura lieu sur le Léman avec la CGN grâce à l'aide de la section vaudoise Poste.


Un exposé qui a l'avantage d'être clair

Madame Françoise Bruderer, directrice de la caisse de pension Poste, a fait forte impression au travers d'une vulgarisation subtile de sa présentation, concernant les facettes financières  et solidaires. Notre incompréhension d'être privé depuis 10 ans déjà d'allocation de renchérissement, a trouvé une réponse perspicace. Les prévisions à longues échéances sont très délicates, voir imprévisibles. Exemple d'actualité, l'abandon de la BNS du taux plancher de 1,20 fr. Pour un euro! Acte qui débouche sur des pertes inattendues.
Il faut aussi éviter les conflits de générations, agréer une solidarité entre elles. Etat de fait, qui s'établit entre cotisations plus conséquentes pour les actifs et rentes bloquées pour les rentiers !
A ce titre, le Conseil de Fondation de notre caisse de pension Poste, n'est pas d'accord pour une amélioration des rentes sans une réserve suffisante. Réserve encore à créer, et, semble t-il sans l'aide de La Poste?
Après l'exposé, de nombreuses questions ont été posées, et, les réponses ont su éclairer les zones d'ombres encore existantes dans l'esprit des membres présents.


Suite d'un ordre du jour soutenu

Hommage aux jubilaires, suivi par l'élection du comité, ce dernier a été reconduit in globo. Plusieurs invités se sont exprimés ; Didier Liardon, président de la section Vaudoise Poste, Roland Gutmann, Président du Groupe d'intérêt national des retraités, Gabriel Cuany, président du groupe Arc Jurassien et Pierre Savary de la section de Fribourg.

Une proposition de Rémy Addor, sous forme de requête, qui demande une amélioration du  montant des bons remis au personnel retraité par La Poste, et, de revoir les conditions d'octroi des chèques REKA aux membres retraités par Syndicom. En portant le montant maximum annuel à 1000 fr. avec un rabais de 10%.

En clôture d'assemblée, place à un apéritif convivial, suivi d'un repas de circonstance servi aux 90 membres inscrits a cette partie gustative.

Alain Michaud

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Calendrier 2015                  1er  semestre  2015

Mardi 27 janvier  Assemblée générale : 

Convocation et ordre du jour ci-dessous

Mardi 17 février    

Fondue à Saint-Marc
Inscriptions Fr. 15.-  auprès du trésorier Michel Pitton
jusqu’au mercredi 11 février 2015

Mardi 24 février    Assemblée mensuelle :
Guérande, par Rodolphe Aeschlimann

Mardi 17 mars    Randonnée pédestre :

Le lieu sera communiqué lors de l’assemblée

mensuelle  du 24 février
    
Mardi 31 mars    Assemblée mensuelle :

L’ascension du Kilimandjaro, par Waldemar Schapfl

Mardi 28 avril    Assemblée mensuelle :

Programme à définir

Mardi 12 mai    Sortie de printemps
Musée agricole, Grandfontaine JU (circulaire suivra)

Mardi 26 mai    Assemblée mensuelle :
Nous fêtons nos nonagénaires et octogénaires
    
Mardi 9 juin    Journée dans les bois (refuge de Prilly / Fleur de Lys)

Mardi 30 juin    Assemblée  mensuelle :
Loto.  Crieur : Charles Chatelan

Mardi 28 juillet    Réunion hors-les-murs (Lac de Sauvabelin)

Mardi 18 août    Sortie filets de perches à Morges (circulaire suivra)


Adresses utiles    
Président :    David Bühlmann
        Ch. de la Suettaz 5, 1008 Prilly
        Tél. 021 624 36 38
Trésorier :    Michel Pitton
        Pierrefleur 66, 1004 Lausanne
        Tél. 079 212 16 13
        Courriel : michel.pitton@formatyp.ch
    
Attention : Les chèques Reka pour les membres ne s’obtiennent plus au secrétariat syndicom  mais se commandent pas téléphone au 058 817 18 18 (droit annuel maximum Fr. 700.-à 7%).
Toutes nos réunions ont lieu à 14 h30 sauf exceptions mentionnées, à la grande salle du Centre paroissial de Saint-Marc (sous le temple), au chemin de Renens 7. Trolleybus No 7.
Nos devoirs :    Participer à l’activité de l’Amicale
Donner des nouvelles des membres malades
Cultiver l’amitié
Payer sa cotisation annuelle au début de l’année, directement
au trésorier, pour éviter les rappels et les frais postaux

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Invitation Assemblée générale annuelle de l’Amicale
    
    Mardi 27 janvier 2015, à 14h30,
    à la salle de Saint-Marc, Lausanne

Chères amies, chers amis,
Le comité a le plaisir de vous inviter à participer à notre assemblée générale qui se déroulera avec l’ordre du jour suivant :

1.    Nouvelles de nos membres
2.    Communications
3.    Lecture et adoption du procès-verbal de l’assemblée générale du 28 janvier 2014
4.    Rapport annuel du président
5.    Rapport annuel du caissier
6.    Rapport des vérificateurs des comptes
7.    Adoption des rapports proposés
8.    Nominations statutaires (art. 12) :
       - du président
       - du trésorier
       - des autres membres du comité
       - des vérificateurs de comptes
9.    Fixation de la cotisation annuelle pour 2015
10.  Fixation de l’indemnité au comité pour 2015
11.  Propositions individuelles et divers

Lausanne, le 19 janvier 2015

Pour le comité

Michel Pitton, trésorier

AMICALE DES ANCIENS DE L’IMPRIMERIE - LAUSANNE

Invitation    Assemblée générale annuelle de l’Amicale
    
    Mardi 27 janvier 2015, à 14h30,
    à la salle de Saint-Marc, Lausanne

Chères amies, chers amis,
Le comité a le plaisir de vous inviter à participer à notre assemblée générale qui se déroulera avec l’ordre du jour suivant :

1.    Nouvelles de nos membres
2.    Communications
3.    Lecture et adoption du procès-verbal de l’assemblée générale du 28 janvier 2014
4.    Rapport annuel du président
5.    Rapport annuel du caissier
6.    Rapport des vérificateurs des comptes
7.    Adoption des rapports proposés
8.    Nominations statutaires (art. 12) :
- du président
- du trésorier
- des autres membres du comité
- des vérificateurs de comptes
9.    Fixation de la cotisation annuelle pour 2015
10.    Fixation de l’indemnité au comité pour 2015
11.    Propositions individuelles et divers

Lausanne, le 19 janvier 2015

Pour le comité

Michel Pitton, trésorier

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter